Un ministre polonais invente le pays de «San Escobar», Internet lui donne vie

WEB Un homme politique se trompe, un pays naît…

A.Ch.

— 

Compte Twitter du faux pays de San Escobar.
Compte Twitter du faux pays de San Escobar. — Twitter

Il ne faut pas grand-chose pour faire naître une nation : une erreur d’un homme politique, des internautes blagueurs et des réseaux sociaux. C’est ainsi qu’est née la « République populaire démocratique de San Escobar », un pays que l’on ne trouvera dans aucun atlas mais qui a vu le jour sur Twitter après une déclaration du ministre des affaires étrangères polonais.

Witold Waszczykowski, en visite aux Nations unies cette semaine, s’est vanté des bonnes relations diplomatiques de son pays avec de nombreuses nations. Et notamment avec des petits pays qui rencontrent peu de délégations officielles, au nombre desquelles « des pays comme Belize ou San Escobar ».

San Escobar, la destination de vos prochaines vacances

Il n’en fallait pas plus pour que de petits rigolos créent un compte Twitter au nom de la « Repùblica Popular Democràtica de San Escobar », un pays qui donne envie de partir en vacances.

 

Parodie d’un Etat d’Amérique latine ou des Caraïbes, San Escobar est en lutte contre un « front communiste » qui vient d’être déclaré organisation terroriste.

Une statue en l’honneur du ministre polonais

Pas ingrats, les habitants de San Escobar ont décidé d’ériger une statue en hommage au ministre des Affaires étrangères polonais. Il s’agit en réalité d’une statue se dressant à Skopje, en Macédoine.

Pour justifier son erreur, Witold Waszczykowski a fait savoir qu’il avait confondu avec Saint Kitts et Nevis, un pays réel des Caraïbes. Ou bien regarde-t-il trop la série Narcos ?