Facebook flirte-t-il avec l'illégalité?

INTERNET Alors que la publicité fait son entrée sur le site communautaire, la récupération des données personnelles des inscrits fait débat...

Alice Antheaume et Morgiane Achache

— 

Les grèves touchant les transports publics, les universités et bientôt la fonction publique, ont suscité sur le réseau de socialisation Facebook la création de groupes hostiles à ces mouvements sociaux, souvent animés par des jeunes proches de l'UMP.
Les grèves touchant les transports publics, les universités et bientôt la fonction publique, ont suscité sur le réseau de socialisation Facebook la création de groupes hostiles à ces mouvements sociaux, souvent animés par des jeunes proches de l'UMP. — Facebook

La politique marketing de Facebook est-elle illégale? Bien malin celui qui pourrait répondre formellement. Pourtant, depuis l'apparition de pubs sur le site communautaire aux 50 millions de membres et l’annonce de systèmes qui poussent encore plus loin le ciblage des internautes, la question fait cogiter les observateurs du Net. D’autant qu’au même moment, la Commission européenne de Bruxelles a refusé, ce mardi, d'approuver le rachat par Google de la régie publicitaire Internet DoubleClick. Motif: le respect de la vie privée pourrait être égratigné par l’alliance de ces deux mastodontes. «Google est déjà un colosse de l'information, ajoutez-lui DoubleClick et vous obtenez une entité commerciale qui en saura plus sur vous et moi que n'importe qui à l'exception de ma mère et des impôts», explique un sénateur américain.

Pourquoi la publicité va plus loin sur Facebook que sur un autre site?
Cette «nouvelle manière de faire de la publicité sur Internet», comme l'appelle Mark Zuckenberg, le fondateur de Facebook, est jugée intrusive. En effet, les annonceurs pourront envoyer aux inscrits des pubs en fonction des goûts répertoriés sur leur profil. Vous avez écrit un jour dans votre fiche être accro à la caféine? Nescafé et Coca pourraient bientôt vous envoyer un petit message pour vanter les mérites de leurs produits. Jusque là, rien de nouveau, puisque la plupart des sites font déjà du ciblage. Les vraies innovations marketing sont ailleurs: d’abord dans l’intégration des annonceurs dans la communauté, puisque les marques peuvent faire partie des «amis» des inscrits. «L'avantage pour un publicitaire est ici d'arriver dans un contexte favorable, comme quelqu'un qui viendrait vendre des tee-shirts de rap dans une fête pleine de fans de ce style», souligne Raphaël de Andreis, coprésident de BETC-Euro RSCG. Autre trouvaille: quand un membre du site communautaire se connecte sur la page d'une société marchande, le nouveau système publicitaire prévoit d'en informer toute la liste des contacts de ce membre. Un membre de Facebook = plusieurs cibles potentielles. Le système viral rêvé pour les publicitaires.

La polémique enfle sur fond de vie privée
Plusieurs groupes de mécontents se sont constitués, sur Facebook même, pour protester contre ce ciblage. «Qu'on laisse un peu l'internaute consommateur tranquille et surtout qu'on arrête de la prendre pour un éternelle poisson supposé vouloir mordre à l'hameçon publicitaire à tout bout de champ !», s'exclame celui-ci. Certains menacent même de déserter le site. D’autres, plus défaitistes, soupirent: «il fallait être naïf pour penser que Facebook allait survivre sans monétiser sa base de données». «Les utilisateurs postent leurs données pour leurs amis, pas pour les publicitaires», dénonce, aux Etats-Unis, l'association Electronic Privacy Information Center (EPIC).

Car c'est bel et bien la protection de la vie privée qui se trouve au coeur de la polémique. Or problème: les données personnelles ne bénéficient pas de la même législation partout dans le monde. En Grande-Bretagne et aux Etats-Unis, elle est inexistante pour ce qui touche au respect de l'intimité. Sauf... dans l'Etat de New York, où une loi vieille de cent ans dit que «toute personne dont le nom, le portrait, l'image, ou la voix est utilisée dans un but publicitaire ou à des fins de commerce sans son consentement écrit préalablement obtenu» peut lancer une poursuite en justice - à condition que la pub aie été lue sur un ordinateur situé dans l'Etat de New York, indique William McGeveran, un professeur en droit de l'Université du Minnesota.
Chris Kelly, responsable de la vie privée sur Facebook, réplique que «dans la plupart des Etats américains, un consentement en ligne équivaut à un consentement écrit.»

Spécificité française
La législation française est beaucoup plus protectrice de la vie privée que le régime anglo-saxon. La loi informatique et libertés prévoit ainsi que toute personne puisse «refuser, sans avoir à se justifier, que les données qui la concernent soient utilisées à des fins de prospection, en particulier commerciale.»
Facebook, site américain n'ayant pas de filiale dans l'hexagone, fera-t-il cas de l'exception française? «A partir du moment où il y a collecte d'informations sur le territoire français, la loi française s'applique», répond la Cnil, qui ne compte pas laisser filer l'affaire.

Elle veut au moins «pousser les dirigeants de Facebook à être transparents sur leur politique». En adhérant au «Safe Harbour», un accord entre la Commission européenne et les autorités américaines, Facebook s'est «engagé à respecter des principes de protection des données basés sur ceux de la directive européenne de 1995», explique encore la Cnil. A savoir: indiquer quel usage est fait de telle ou telle donnée personnelle et permettre aux internautes de s'opposer à la récupération de ses informations. Sauf que, pour l'instant, tout est en anglais, ce qui n'encourage pas la clarté à l'égard des Frenchies.

Que faire pour limiter les risques d'intrusion publicitaire? 1. n'acceptez aucun ami que vous ne connaissiez déjà dans la vie réelle, surtout s'il s'appelle «chaussure.fr» ou «hypermarche.com» 2. Revoyez votre liste de contacts. Si l'un d'eux, accepté comme ami sur un clic, vous paraît louche, n'hésitez pas à sélectionner «remove friend» (retirer cet ami) en face de sa photo. Pas de scrupule, il ne s'en apercevra même pas. 3. Retournez dans l'onglet «privacy» (vie privée) pour restreindre l'accès de votre profil à vos seuls amis, soignement sélectionnés (voir points précédents), voire à votre seule personne, pour ce qui relève du très privé.