En Indonésie, la répression contre les homosexuels passe aussi par le web

RESEAUX SOCIAUX La communauté homosexuelle indonésienne a subi ces derniers mois une détérioration de ses droits...

D.B.

— 

Le drapeau LGBT
Le drapeau LGBT — STR/NEWSCOM/SIPA

Contrôler le Web afin de gommer toutes les manifestations de l’homosexualité dans le pays. C’est visiblement l'objectif des autorités indonésiennes depuis quelques mois. Nouvelle illustration de cette démarche avec ce récent fait divers : un couple d’homosexuels a été interpellé après avoir publié la semaine dernière une photo sur Facebook sur laquelle les deux hommes torse nu s’embrassent, a indiqué vendredi la police.

Inculpation et censure de Facebook

Les deux hommes, un étudiant de 22 ans et un employé de bureau de 24 ans, ont été appréhendés mardi, après les plaintes d’internautes. « Le couple a reconnu que c’était bien eux sur la photo, et qu’ils avaient publié la photo pour prouver leur amour », a déclaré un porte-parole de la police. 

Relâchés à l’issue de leur audition, les deux homosexuels pourraient être inculpés d’infraction à la législation sur la pornographie et aux publications sur les réseaux sociaux faisant l’objet de sévères restrictions. Mais les autorités ne se sont pas arrêtées là : la photo a été retirée de Facebook à la demande du ministère de l’Information et des Communications.

Plusieurs sites LGBT fermés

Cette affaire intervient dans un climat de répression à l’égard de la communauté homosexuelle dans le pays. L’homosexualité entre personnes consentantes est pourtant légale dans la plus grande partie de l’Indonésie, pays musulman le plus peuplé du monde avec 250 millions d’habitants.

Mais la communauté homosexuelle a subi ces derniers mois une série d’attaques de la part de membres du gouvernement et d’organisations musulmanes influentes, selon un rapport publié en août par l’ONG Human Rights Watch (HRW). Une bataille qui s’exprime beaucoup sur le Web.

Après avoir fermé plusieurs sites LGBT, le gouvernement a aussi demandé en février aux réseaux sociaux et aux applications de messagerie de supprimer tous les émoticones représentant des hommes se tenant par la main ou brandissant le drapeau arc-en-ciel. Ces émoticônes étaient notamment très utilisées sur Line et WhatsApp, des applications très populaires en Indonésie, ainsi que sur Facebook et Twitter.

Des offres d’emploi discriminantes

Autre illustration récente de cette démarche : le ministère de la Jeunesse et des Sports a posté cette semaine sur le Web une annonce pour un poste d’ambassadeur de la jeunesse en spécifiant qu’il était interdit aux membres de la communauté lesbienne, gay, bisexuelle et transgenre (LGBT).

L’annonce en ligne précisait notamment que les candidats ne devraient « pas être impliqués dans des activités sexuelles désinvoltes ou des actes déviants », ajoutant que cela devait être prouvé par un certificat médical. A la suite du tollé provoqué par ces critères, l’offre a été révisée et la partie mentionnant la communauté LGBT retirée. Une petite victoire pour cette dernière.