Une usine à étoiles géantes

ESPACE Un phénomène qui permet de comprendre l’origine de la vie...

M.N

— 

Une image des 40 supergéantes...
Une image des 40 supergéantes... — DR

De l’avis de Mohammad Heydarie-Malayeri, astronome à l’Observatoire de Paris, il s’agit d’«une première». Spitz, télescope spatial en orbite de la Nasa (agence spatiale américaine), a déniché une véritable usine à étoiles géantes. Un phénomène qui se produit dans une région proche du centre de notre voie lactée. Scrutée par des astrophysiciens américains (Rochester Institute of Technology, New York), la zone en question présente une concentration exceptionnelle d’une quarantaine d’étoiles super-géantes, dont 26 dites super-géantes rouges, c’est-à-dire des astres de 10 fois à 70 fois plus massives que notre soleil.

Produit de collision

L’usine en question se trouvant dans une zone relativement restreinte est la preuve selon le professeur Heydarie-Malayeri d’un processus de création d’étoiles. «Elles sont le résultat de la collision entre deux amas de matières, de gaz en particulier. Nous assistons à la naissance d’étoiles.» Une hypothèse que partagent les astrophysiciens du Rochester Institute puisque la quarantaine de super-géantes se trouve à l’entrecroisement de RSGC1 et RSGC2, deux ensembles d’étoiles très jeunes, environ 20 million d’années.

Cet accouchement stellaire se fait dans une zone de notre galaxie où la matière est très massive. Le champ d’attraction de la gravité est tellement important que les astres en formation restent confinés près de leur lieu de naissance. Même si, d’après Mohammad Heydarie, certaines peuvent être «éjectées vers une autre partie de l’univers, mais c’est le fait du hasard». Une partie de billard cosmique en quelque sorte.

Etoile de courte durée

Jusqu’ici, outre les 40, l’homme avait répertorié 200 étoiles massives. Des astres qui, dans 100.000 ans, passeront au stade de la supernova. Avant d’exploser et de propager la matière dans le vide intersidérale. Un cycle de vie très court d’environ quelques millions d’années, que ne connaîtra pas notre soleil puisque sa densité, beaucoup plus faible qu’une géante, ne lui permettra de survivre que 15 milliards d’années.

Les atomes de la vie

L’intérêt de la découverte est évident, pour l’astronome parisien: «C’est entre la naissance et la mort de super-géantes que se forme la matière comme les atomes d’oxygène ou carbone.» L’oxygène représente 65% du poids de l'être humain et 20% de son atmosphère.