Et si on invitait l’ordinateur à dîner?

AA

— 

L’ordinateur s’invite dans les dîners. Certes, il ne mange pas mais anime la soirée, au même titre qu’un convive. Phénomène de société? Alors que, au premier trimestre 2007, on dénombre en France 14,5 millions de foyers (56,3%) équipés d’un micro-ordinateur (chiffres Médiamétrie et GFK), les invités allument de plus en plus souvent leur ordi, entre le plat de résistance et le dessert, pour montrer les photos de leurs dernières vacances postées en ligne ou des vidéos rigolotes repérées sur YouTube, voire pour miser quelques euros pour une partie de poker en ligne.

Un arbitre à la table
Mais surtout, l’ordinateur permet de trancher les débats houleux. Qui a raison? Qui a tort? Lorsque la conversation s’envenime autour d’un point de discorde, hop, un tour sur le Net et cela met tout le monde d’accord.

«On s’est habitué à avoir des réponses immédiates à nos questions», explique une Américaine au «New York Observer». Avant, il n’y avait presque rien sur le Net. Personne ne s’en servait pour résoudre des petits conflits entre amis. Vous rentriez chez vous en pensant que vous aviez raison et que l’autre personne avait tort. Maintenant, on interrompt le dîner pour aller voir qui a raison sur le web.»

Nouvelles règles
Certains voient cet usage comme une impolitesse notoire et comme un outil anti-social. «Avant, on n’avait pas le droit d’allumer la télé pendant le dîner. Pourquoi ne ferait-on pas pareil avec l’ordinateur?», note un réticent. Paradoxalement, il semble que le recours à l’ordinateur portable soit mieux admis que l’envoi de SMS sur son téléphone portable. «L’ordinateur sert la discussion du groupe, justifie un autre, alors qu’envoyer des SMS à quelqu’un qui n’est pas au dîner, c’est mal élevé».

Et chez vous, l'ordinateur a-t-il une place pendant vos repas entre amis? Racontez vos expériences dans les commentaires ci-dessous.