Diagnostic de l’iPhone

AA

— 

L'iPhone, le fameux téléphone d'Apple.
L'iPhone, le fameux téléphone d'Apple. — Tony Avelar AFP

Un petit nombre d’élus (dont pas mal de journalistes américains) ont déjà eu l’iPhone dans les mains. Diagnostic du plus médiatique des téléphones d’après les premiers tests.

Pour

- L’esthétique, le point fort d’Apple, récolte l’enthousiasme général. «L’iPhone est si lisse et si mince qu’à côté, le Blackberry a l’air obèse», s'enthousiasme le «New York Times».

- «L’absence de clavier, délaissé au profit d’une navigation tactile, n’est finalement pas problématique, même si on en doutait profondément au départ, écrit l’éditorialiste du «Wall Street Journal». Au bout de cinq jours, il est possible d’écrire très vite par ce biais, notamment parce qu’un logiciel corrige en temps réel les erreurs de frappe»

- «Plus besoin de scroller pendant trois heures pour trouver un vieux sms», explique Tariq Krim, fondateur de Netvibes. Le système de classement sur l’iPhone permet d’ordonner ses messages comme on le veut. Pas forcément par ordre chronologique, donc, une petite révolution quand on y pense.

- Pour surfer sur le Net, l'iPhone repère automatiquement les connections wifi dès qu’il y a une borne à proximité. «Il y aura tellement de hot spots wifi à l’avenir que cela ne servait à rien de développer la technologie 3G dans l’iPhone», justifie Steve Jobs, le patron d’Apple.

- L’unanimité des premiers testeurs saluent le superbe écran vidéo de l’iPhone pour découvrir des clips, des séquences sur YouTube, etc.

- La batterie, contrairement à ce qu'annonçaient les rumeurs cette semaine, tient largement la route (près de 8h en téléphonant, 6h connecté à Internet, 7h en lisant des vidéos et... 24h en écoutant de la musique).

Contre

- Impossible d’écrire des MMS.

- Les fichiers Word ou Excel reçus en pièces jointes des mails sont lisibles mais pas modifiables.

- L'appareil photo de l'iPhone fait certes de belles images (2 mégapixels) mais ne peut pas enregistrer de vidéos.

- Le prix (500 dollars au minimum, sans compter deux ans d’abonnement téléphonique obligatoire à l’opérateur AT&T et des frais de mise en service).

- Des incongruités. «A quoi cela sert d’avoir une connection wifi si on ne peut pas acheter des chansons via l’Apple Store d’iTunes?», relève «Newsweek».

- Pas de messagerie instantanée.

L'iPhone, pas encore prêt pour l'expatriation

A 20 Minutes, nous n’avons pas encore pu tester la bête et, à ce jour, la date de sortie de l'iPhone en Europe n’est pas connue (et encore faut-il que les opérateurs de téléphonie trouvent un accord pour le commercialiser).

Ceux qui comptent se faire envoyer un modèle depuis les Etats-Unis risquent d'être déçus: l’iPhone ne fonctionne pas avec des cartes sim. En France, vous ne pourriez pas vous en servir pour téléphoner. Quant aux petits malins qui pensaient utiliser Skype pour pallier le point ci-dessus, qu'ils se fassent une raison: pour l'instant, l'accès au wifi, même en Europe, est conditionné par l'abonnement à AT&T.

Et vous, quel est votre avis?