Piratage de Sony Pictures: La Corée du Nord récuse toute responsabilité

PIRATAGE La Commission de défense nationale nord-coréenne a dénoncé les «fausses rumeurs» impliquant Pyongyang dans l'attaque contre Sony...

20 Minutes avec AFP

— 

Le siège de Sony Pictures à Culver City, en Californie, le 2 décembre 2014.
Le siège de Sony Pictures à Culver City, en Californie, le 2 décembre 2014. — Nick Ut/AP/SIPA

La Corée du Nord a récusé dimanche toute responsabilité dans l'attaque informatique massive qui a récemment visé Sony Pictures et dévoilé des informations confidentielles de 47.000 individus dont des personnalités. La Commission de défense nationale nord-coréenne a dénoncé les «fausses rumeurs» impliquant Pyongyang dans l'attaque contre Sony, tout en la qualifiant «d'acte légitime».

Se venger «sans pitié»

La Corée du Nord s'était en effet insurgée contre le film de fiction The Interview produit par Sony et dans lequel la CIA met sur pied une opération pour supprimer le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un. Pyongyang a précédemment juré de se venger «sans pitié».

Noms, adresses, numéros de sécurité sociale...

Les pirates informatiques responsables de la cyberattaque contre Sony Pictures ont dévoilé des informations confidentielles de 47.000 individus dont des personnalités, selon des experts en sécurité informatique. Les noms, adresses, numéros de sécurité sociale et dates de naissance ont ainsi été dérobés, autant d'informations permettant des usurpations d'identité, selon la société Identity Finder.

Des experts ont écarté l'hypothèse nord-coréenne, évoquant plutôt une tentative d'extorsion, comme un signe d'avertissement envoyé à d'autres entreprises. Après l'attaque, des employés de Sony Pictures ont reçu un email de menaces d'un mystérieux groupe de pirates informatique appelé GOP («Guardians of Peace»). Le FBI, la police fédérale américaine, enquête sur le dossier.