Avec sa tablette Shield, Nvidia veut séduire les gamers

JEU VIDEO Notamment grâce à une puce surpuissante et à une manette dérivée de sa console portable...

Philippe Berry

— 

Nvidia a présenté sa tablette Shield le 22 juillet 2014.
Nvidia a présenté sa tablette Shield le 22 juillet 2014. — NVIDIA

Nvidia persiste. Alors que sa console portable n'a pas vraiment trouvé son public aux Etats-Unis, le géant de l'électronique dévoile une tablette Shield. Et cette fois, elle sera disponible en Europe, mi-août, à partir de 299 euros, auxquels il faut ajouter 59 euros pour la manette.

A première vue, il s'agit d'une tablette Android assez classique, avec son écran 8 pouces 1080p. La différence: elle embarque la puce surpuissante Tegra K1. Selon Nvidia, cette dernière flirte avec la puissance d'un PC d'entrée de gamme, quelque part entre une PS3 et une PS4.

Le streaming depuis le Cloud limité à la Californie

La tablette a peut-être un tigre dans son moteur, mais sans jeu, la puissance n'est rien. Le problème, c'est que les titres Android n'ont pour l'instant jamais vraiment réussi à eux-seuls à convaincre les gamers. Nvidia a bien adapté une vingtaine de jeux PC comme «Portal», «Half-Life 2» et «Trine 2», mais l'offre reste trop limitée pour l'instant.

Pour se démarquer, le constructeur mise surtout sur le streaming. En local, il est possible de jouer aux jeux de son PC (à condition qu'il soit équipé d'une une carte graphique GeForce GTX 600 ou d'un modèle plus récent) sur la tablette, ou sur téléviseur en la branchant par câble HDMI. Plus intéressant, Nvidia teste le streaming depuis le Cloud, sur le modèle du Playstation Now, avec une librairie potentiellement illimitée. Malheureusement, il faut, pour l'instant, habiter en Californie pour en profiter car installer de nouveaux data centers près des utilisateurs est très coûteux.

>> La présentation de la tablette Shield en vidéo