Au festival SXSW, Edward Snowden s'adresse au public via webcam

HIGH-TECH Selon l'ancien sous-traitant de la NSA, les méthodes pour se protéger de la surveillance de masse doivent devenir plus simples pour séduire le grand public...

P.B.

— 

Edward Snowden est intervenu au festival SXSW depuis la Russie via webcam.
Edward Snowden est intervenu au festival SXSW depuis la Russie via webcam. — J.PLUNKETT/AP/SIPA

Il s'était déjà exprimé dans une interview au Guardian et plus récemment lors d'un chat sur Reddit. Lundi, l'ex-analyste Edward Snowden s'est adressé directement au public américain pour la première fois, à l'occasion du festival SXSW. Il n'était évidemment pas présent à Austin mais est intervenu par webcam depuis la Russie, où il a obtenu l'asile politique.

Incrusté devant un fond «We the People» de la constitution américaine, Snowden n'a rien dit de vraiment neuf mais son intervention elle-même était un événement: le représentant républicain du Kansas, Mike Pompeo, avait même écrit aux organisateurs du festival texan pour leur demander d'annuler la cession, estimant que lui donner la parole «encourageait» les honnêtes citoyens à enfreindre la loi.

Protégé par sept proxies

Glenn Greenwald, le journaliste qui a publié les révélations d'Edward Snowden sur les programmes de surveillance de la NSA dans le Guardian, a joué les modérateurs. Il a précisé que le flux vidéo passait par sept proxies, des serveurs relayant le signal afin de dissimuler son origine.

Selon Snowden, cette configuration techniquement complexe, avec un résultat lent et saccadé, illustre le problème numéro un des communications sur Internet: se protéger «est trop compliqué» pour le grand public. Il a donc appelé les développeurs rassemblés à Austin à développer des protocoles «plus simples» pour échapper à la surveillance de l'agence américaine.

Crypter les communications, mieux que rien

Selon lui, crypter ses communications via un logiciel comme TOR n'est «pas une solution parfaite» mais «cela fonctionne». En clair, si la NSA cible un individu, elle finira à coup sûr par déchiffrer ce qui l'intéresse. Ce que Snowden veut empêcher, c'est la collecte massive de données de millions d'internautes.

«Avant, la NSA ciblait des suspects précis. Aujourd'hui, la philosophie, c'est que c'est acceptable de récolter des données tant qu'on ne les a pas cherchées», estime-t-il. En clair, il n'est pas contre la pêche à la ligne dans le cadre de la lutte contre le terrorisme mais s'oppose à l'utilisation de filets dérivants.

Snowden a encore répondu à des questions des internautes. S'il avait su à l'avance qu'il allait être contraint à l'exil, aurait-il agi de la même façon? «Absolument», jure-il. Selon lui, le public «avait le droit de savoir». Il juge le débat public actuel «positif». Et il a déjà obtenu quelques résultats concrets comme l'annonce par Obama d'une meilleure supervision des pratiques de la NSA.

>> La vidéo complète de la discussion