Facebook va racheter WhatsApp pour 16 milliards de dollars

INTERNET L'app de messagerie continuera d'exister de manière indépendante...

P.B.

— 

Capture d'écran de la page d'accueil du site de Whatsapp.
Capture d'écran de la page d'accueil du site de Whatsapp. — DR

Coup de tonnerre dans la Silicon Valley: Facebook a annoncé, mercredi, qu'il allait acquérir WhatsApp pour 16 milliards de dollars. C'est deux fois plus que ce que Microsoft avait payé pour Skype en 2011.

Facebook précise que la transaction, une fois validée par les autorités, se fera avec 4 milliards de dollars en cash et 12 milliards en actions. Les employés de WhatsApp toucheront 3 milliards de dollars supplémentaires en titres, pour une facture totale de 19 milliards. A titre de comparaison, Twitter ne vaut que 30 milliards de dollars.

450 millions d'utilisateurs, 55 employés

Avec Viber et iMessage, Whatsapp est l'une des apps de messagerie les plus populaires sur smartphone, avec 450 millions d'utilisateurs mensuels. 70% l'utilisent tous les jours, un pourcentage supérieur à celui de Facebook.  50 milliards de messages quotidiens échangés et la croissance se poursuit à un rythme avec un million de nouveau utilisateurs supplémentaires chaque jour, selon Facebook.

WhatsApp a été fondé en 2009 par deux ex-employés de Yahoo: l'Ukrainien Jan Koum, actuellement directeur général, et l'Américain Brian Acton. L'entreprise ne compte que 55 salariés, dont 32 ingénieurs.

Les apps de messagerie, qui génèrent peu de revenus, sont des cibles convoitées ces temps-ci: la semaine dernière, le Japonais Rakuten rachetait Viber pour 900 millions de dollars. La raison, c'est qu'elles sont en train de concurrencer les SMS mais également les réseaux sociaux, avec de nombreuses fonctions multimédia.

WhatsApp reste indépendant

Sur son blog, WhatsApp précise que «rien ne change» pour les utilisateurs. En clair, comme Instagram, l'app va rester relativement indépendante et ne pas être digérée par Facebook. Son cofondateur, et directeur général, Jan Koom, promet qu'elle restera «sans publicité».

Selon Mark Zuckerberg, WhatsApp et Facebook Messenger servent deux usages différents: le premier est centré sur le temps réel, pas le second. Dans une conférence téléphonique, il a précisé que la priorité, c'était la croissance vers le milliard d'utilisateurs pour WhatsApp. Pour la monétisation, la publicité «n'est pas le bon modèle», selon lui. Pour l'instant, selon les pays et les plateformes, l'app coûte 99 cents à l'achat, ou bien elle est gratuite pendant un an, avant un abonnement annuel de 99 cents.