Quand Microsoft fait fuir une figure de l’open source

P.B.

— 

Le géant des logiciels Microsoft travaillait mardi d'arrache-pied pour prouver à la Commission avant mercredi minuit qu'il a bien rempli les engagements pris il y a deux ans lors de sa condamnation pour abus de position dominante.
Le géant des logiciels Microsoft travaillait mardi d'arrache-pied pour prouver à la Commission avant mercredi minuit qu'il a bien rempli les engagements pris il y a deux ans lors de sa condamnation pour abus de position dominante. — Paul J. Richards AFP/Archives

La clause de conscience n’existe pas en informatique. Mais Jeremy Allison, figure de l’open source, ne vient pas moins de quitter Novell, suite à l’accord récemment signé par l’entreprise avec Microsoft. Il va rejoindre Google.
 
Dans sa lettre de démission, ce pionnier de Samba explique que l’accord entre Novell, notamment propriétaire de Suse (une «distribution» de Linux), et Microsoft est «une erreur».
 
Pour Allison, l’accord visant à améliorer l’interopérabilité entre Windows Server(R) et SUSE Linux Enterprise ne viole peut-être pas la licence libre qui régit Samba, mais elle en viole «l’esprit». D’après le développeur, il n’y a «rien à faire pour réparer les dommages».