30 ans du Mac : Apple veut garder iOS et Mac OS séparés

HIGH-TECH Alors que Microsoft se dirige vers la convergence, Apple préfère proposer deux environnements distincts…

P.B.

— 

Craig Federighi et Tim Cook présent le nouvel iOS 7 d'Apple le 10 juin 2013 à San Francisco.
Craig Federighi et Tim Cook présent le nouvel iOS 7 d'Apple le 10 juin 2013 à San Francisco. — Eric Risberg/AP/SIPA

Un OS pour les dominer tous. Après avoir raté le virage mobile, c’est la direction vers laquelle semble aller Microsoft. Windows 8 (PC et tablettes), Windows RT (tablettes), Windows Phone 8 (smartphones) ou même la Xbox partagent tous l’interface Metro, un noyau commun, certaines apps, et le rapprochement pourrait s’accentuer avec la prochaine génération. Mais dans une interview à Macworld, les cadres d’Apple persistent: le Mac, qui vient de fêter ses 30 ans, et Mac OS, sont là pour rester.

«C’est facile de coller un écran tactile» sur un PC, «mais est-ce une bonne expérience? On ne pense pas», dit Craig Federighi, qui supervise à la fois iOS et Mac OS. «On ne veut pas que le Mac fasse moins de chose car on essaie de le transformer en iOS.» Il se situe sur la même longueur d’onde que son patron, Tim Cook, qui répète souvent qu’il est possible de construire une voiture volante, mais qu’elle n’excelle dans aucune fonction.

iCloud comme pont

Apple ne cite pas Microsoft, mais c’est tout comme. Depuis deux ans, les PC passent au tactile, des claviers se clippent sur des tablettes, les lignes se brouillent dans des hybrides à tout faire. Mais pour Federighi, «chaque format est optimisé pour son usage» et cela «n’a pas de sens de vouloir proposer du tout-en-un». Apple préfère faciliter la transition d’un appareil à l’autre via iCloud.

Microsoft n’est toutefois pas le seul sur cette ligne. Avec Ubuntu One, Canonical prévoit d’aller encore plus loin, avec un seul OS capable de s’adapter à différents écrans selon leur taille. Google, de son côté, préserve Chrome OS et Android mais ce dernier commence à apparaître sur certains PC. Au milieu de tout ça, le consommateur s’y perd un peu. Mais au moins, il a du choix.

Préférez-vous l’approche d’une super tablette à tout faire avec son clavier, ou selon vous, ordinateur et tablette ont-ils chacun leur utilité?