HP et «le retour» trompeur de Windows 7 «à la demande du peuple»

INFORMATIQUE Le fabricant a réussi son coup marketing...

P.B.

— 

Le bureau «Metro» de Windows 8 face au «desktop» traditionnel de Windows 7.
Le bureau «Metro» de Windows 8 face au «desktop» traditionnel de Windows 7. — PHOTOMONTAGE/20MINUTES

Ce n'est pas un secret: quinze mois après sa sortie, Windows 8 peine à décoller. Lundi, HP a exploité la situation en annonçant sur son site américain «le retour, à la demande du peuple», des PC sous Windows 7, avec des promotions allant jusqu'à 150 dollars. Habile, la publicité n'en est pas moins mensongère.

HP n'a en effet jamais arrêté de vendre des PC sous Windows 7. Comme le relève Zdnet, l'entreprise n'en propose même pas davantage dans le cadre de son opération, aujourd'hui, qu'il y a six mois (cinq PC Windows 7, contre huit en 2013), tandis qu'elle commercialise plus de machines sous Windows 8 (68 actuellement contre 61 il y a six mois). Tous les fabricants proposent encore quelques PC sous Windows 7. HP est simplement le seul à les mettre autant en avant.

Une offre pas forcément judicieuse sur le long terme

HP a-t-il des stocks à écouler? Veut-il séduire les entreprises qui vont devoir finir par abandonner XP mais qui sont frileuses à l'idée de passer à Windows 8? Dur à dire. Ce qui est sûr, c'est que le fabricant américain est à la peine, avec des ventes en baisse de 10%. Dans le même temps, le Chinois Lenovo grimpait de 2,7% pour devenir numéro 1 mondial.

Pour le consommateur, acheter un PC sous Windows 7 n'est pas forcément une bonne idée. Windows 8 est mieux optimisé, notamment au démarrage et en sortie de veille. Surtout, les mises à jour logicielles et sur la sécurité de Windows 7 ralentiront pour s'arrêter en 2020. Mieux vaut miser un PC sous Windows 8, quitte à optimiser les réglages pour ne jamais devoir utiliser l'interface moderne anciennement baptisée Metro.

Windows 8 dépasse tout juste les 10% du parc PC

Sur tablettes et machines hybrides, Windows 8 est fantastique. En revanche, sur les PC traditionnels, le double environnement Desktop/Metro a laissé de nombreux critiques perplexes. Sans avoir une aussi mauvaise image que Vista, Windows 8 n'est adopté qu'au compte-gouttes par le grand public: en janvier, il a péniblement passé la barre des 10% des PC connectés à Internet, selon les chiffres de NetMarketShare, alors que Windows 7 représente encore 47% et Windows XP 29%.

Microsoft continuera-t-il sur la voie de la convergence, avec un seul OS à tout faire, ou séparera-t-il mieux le mobile des PC? Décider d'une stratégie Windows sera l'une des missions-clés du prochain PDG de l'entreprise, qui devrait être choisi dans les prochains mois.

Hésitez-vous à passer à Windows 8? Dites-le-nous dans les commentaires.