Mort de Barnaby Jack, célèbre hacker de distributeurs automatiques

A.L

— 

Barnaby Jack à la conférence Black Hat de Las Vegas en 2010. 
Barnaby Jack à la conférence Black Hat de Las Vegas en 2010.  — Isaac Brekken/AP/SIPA

Son coup de génie: détrousser les distributeurs automatiques de billets sans débiter aucun compte client. Barnaby Jack était l’un des plus célèbres hackers de ces dernières années. L’homme âgé de 35 ans a été retrouvé sans vie, jeudi 25 juillet, dans son appartement de San Francisco. Les raisons de sa mort sont encore inconnues.

Chez les hackers, les «white hat» (les «gentils») sont en deuil, six mois après le suicide d’Aaron Swartz à l’âge de 26 ans. D’autant plus que Barnaby Jack était attendu ce jeudi à la conférence Black Hat à Las Vegas, grand rendez-vous des hackers, où il devait faire des révélations sur les faiblesses des pacemakers.

Pour Barnaby Jack, la série «Homeland» voyait juste en imaginant le meurtre d’un homme par la désactivation malicieuse de son pacemaker à distance. Une manipulation tout à fait réalisable, selon le hacker. Il devait en fournir la preuve à cette conférence.

«Jackpotting»

C’est à cette même conférence Black Hat, en 2010, que Barnaby Jack avait fait sensation avec le «jackpotting», surnom donné à sa technique pour vider le contenu de distributeurs automatiques, dont il voulait «simplement prouver la faiblesse», avait-il expliqué dans une interview à la télévision. Pour parvenir à ses fins, le Néo-Zélandais avait acheté deux exemplaires sur Internet avant d’en étudier le fonctionnement pendant deux ans.

Barnaby Jack était un homme «de légende qui restera irremplaçable», ont regretté les organisateurs de la conférence Black Hat, qui annoncent qu’un hommage sera rendu jeudi par la communauté de hackers.