N'installez pas la version non finale de Facebook Home disponible en ligne

P.B.

— 

Facebook Home, qui s'invite au coeur d'Android, a été présenté le 4 avril 2013.
Facebook Home, qui s'invite au coeur d'Android, a été présenté le 4 avril 2013. — DR

Quatre jour avant sa date de sortie officielle, Facebook Home a fait une apparition remarquée, lundi. Mais quelques heures après la mise en ligne d'une version non finale par le site Modaco, l'app qui transforme Android en une expérience centrée sur les services Facebook a été bloquée, a priori du côté des serveurs du réseau social.

Les bidouilleurs ont pu installer une version incomplète de Facebook Home (à laquelle manquait notamment certains éléments du chat). Mais lundi soir, les terminaux étaient bloqués à un écran blanc. Pour revenir à la normale, il faut désinstaller manuellement les trois composants de Facebook Home.

La véritable surprise, c'est que la version partielle de la super app (ou l'OS light, selon le point de vue) fonctionne sur le Nexus 4 et le Nexus 7, alors que ces appareils de la gamme «maison» de Google n'ont pas été listés comme compatibles par Facebook –et que Mark Zuckerberg a expliqué que Home arriverait «plus tard» sur tablettes. Il est toutefois possible que Facebook restreigne la version finale aux appareils annoncés: HTC First, One et One X et Galaxy S III, S IV et Note II.

Offensive marketing

Aux Etats-Unis, Facebook a dégainé son premier spot publicitaire ce week-end. En une minute, l'entreprise n'explique pas grand chose: dans un avion, un passager voit les updates de ses flux se matérialiser. Facebook montre surtout les photos plein écran, qui remplacent la grille d'apps habituelles. En clair, dès que l'utilisateur allume ou réveille son téléphone, il voit les dernières entrées de son newsfeed. S'il veut lancer une app, il doit utiliser un bouton intermédiaire.

Mark Zuckerberg a expliqué qu'il ne voulait pas proposer «un» Facebook Phone mais plutôt transformer tous les smartphones Android. Reste encore à convaincre les utilisateurs qu'ils veulent davantage de Facebook dans leur vie.