Google: Android change de patron

Philippe Berry

— 

Une partie du robot Android devant le logo de Google.
Une partie du robot Android devant le logo de Google. — Mark Lennihan/AP/SIPA

Personne ne l'avait vu venir: après 10 ans à la tête d'Android, Andy Rubin quitte ses fonctions. Il sera remplacé par Sundar Pichai, qui s'occupait jusqu'ici de Chrome OS et de la division Apps. Google l'a annoncé mercredi via un billet de son directeur général, Larry Page.

Rubin, dont la startup et le système ont été rachetés par Google en 2005, ne quitte pas l'entreprise. «Andy a décidé qu'il était temps de passer les rênes pour écrire un nouveau chapitre avec Google. Andy, décroche-nous la Lune!», écrit Larry Page, sans préciser quel serait le nouveau rôle du cofondateur d'Android. Un transfert vers la division futuriste Google X et le Project Glass ne serait pas totalement surprenant, à moins qu'il ne décide de partir –comme l'avait fait Marissa Meyer peu de temps après une précédente réorganisation.

Dans un email interne adressé à l'équipe Android et publié par le Wall Street Journal, il se dit «fier» du travail accompli. Il explique qu'il est un «entrepreneur dans l'âme» et que le moment est venu de passer à de nouvelles aventures au sein de Google.

Un homme pour deux OS

L'autre interrogation concerne l'avenir d'Android et de Chrome OS. Android est un franc succès, avec plus de 750 millions d'appareils écoulés. Chrome OS, le système d’exploitation uniquement basé sur les services Web, lui, n'a toujours pas décollé. Alors que certains observateurs appellent à une fusion des deux OS, Sundar Pichai jurait le mois dernier que Google était «parfaitement à l'aise pour faire cohabiter deux visions complémentaires».

Jusqu'à présent, Android était plutôt destiné aux smartphones et aux tablettes tactiles tandis que Chrome OS était d'abord un système pour ordinateur. La sortie du Chromebook Pixel, qui mise notamment sur le touch, a brouillé les lignes.

Pour Google, l'avenir passe clairement par le cloud. Mais avec le navigateur Chrome désormais disponible sur Android, il ne serait sans doute pas très compliqué pour l'entreprise d'y intégrer le reste des fonctions de Chrome OS. Si elle le voulait.