A l'assaut des tablettes, Ubuntu mise tout sur un OS universel

HIGH-TECH Avec une même plateforme partagée avec smartphones, PC et TV...

Philippe Berry

— 

Ubuntu pour tablette a été présenté le 19 février, ici sur un Nexus 10.
Ubuntu pour tablette a été présenté le 19 février, ici sur un Nexus 10. — DR

Un OS pour les dominer tous. Canonical, l'éditeur de la plus populaire des distributions Linux, a dévoilé, mardi, le quatrième et dernier pilier de sa stratégie: Ubuntu pour tablette, après des versions PC, TV et smartphone. Le pari un peu fou de Mark Shuttleworth, c'est de proposer une plateforme universelle capable de s'adapter à tous les appareils tout en proposant des fonctions exclusives à chaque format. En somme, pour paraphraser le patron d'Apple, il veut bâtir une voiture qui roule et qui vole.

Microsoft s'est cassé les dents sur ce défi et a finalement opté pour trois OS cousins (Windows 8, Windows RT, Windows Phone 8) qui partagent des morceaux de code mais ne peuvent pas totalement s'accoupler, tels des hybrides stériles. Apple et Google proposent le même système pour les smartphones et les tablettes mais gardent pour l'instant le monde du PC séparé avec Mac OS et Chrome OS, sans parler de celui de la télé.

«Véritable convergence»

Canonical choisit l'unification. «L'interface de la tablette utilise exactement le même OS et le même code que celui pour téléphone, PC et TV, permettant une véritable convergence», explique l'entreprise. Cela signifie qu'Ubuntu excelle dans le multitasking et peut faire tourner une app tablette et une app smartphone côte à côte, dans deux volets. Et si chaque appareil bénéficie d'une interface optimisée à sa taille, elle peut se transformer, par exemple en connectant une tablette à un clavier. L'utilisateur bénéficie alors de la pleine puissance du système pour PC.

Certains accusent Canonical de publicité mensongère, soulignant qu'il ne s'agit pas, pour l'instant d'un code unique multiplateformes. Mais Shutteworth explique à The Register qu'il ne s'agit que de versions bêta, et qu'à terme, le code sera bien universel.

Pas de partenaires annoncés

Si l'OS, que nous avons pu tester au CES de Las Vegas, est déjà incroyablement mâture, Canonical n'a pas annoncé de partenaire hardware ce mardi. L'entreprise parle désormais de 2014 pour l'arrivée des premiers smartphones et tablettes, sans donner de noms. En attendant, une version développeur peut s'installer sur des appareils Android comme le Galaxy Nexus, le Nexus 4 et les Nexus 7 et 10.

La question des apps sera également cruciale, même si Canonical promet que les apps natives et Web seront «traitées comme des citoyens égaux», avec un accès total au hardware. Avec un OS ouvert, Ubuntu court encore le risque de se faire brider ou largement modifier par les éventuels partenaires, pour une fragmentation qu'a déjà connue Android. Bref, Canonical s'attaque là à une montagne. L'ascension sera périlleuse mais la vision promise au sommet en vaut la peine.