Jeux vidéo : mais qui sont ces joueuses?

©2006 20 minutes

— 

On savait qu'elle jouait. On apprend désormais comment. Grâce à une étude interne de Micro Application, le portrait-robot de la femme « gameuse » s'esquisse. D'après l'éditeur, elle représenterait 45 % des joueurs français (contre 33 % en 2003) et 12 % des Françaises s'adonneraient à la pratique du jeu vidéo. Plus difficile à cerner, son âge : « De la fillette de 3 ans à la femme de 65 ans, il est d'autant plus compliqué à établir que la population de joueuses occasionnelles est vaste », souligne l'éditeur. Une différence notable avec la gent masculine, où les « hardcore gamers » (joueurs invétérés) représentent 2,9 % de la population, contre 0,8 % chez les femmes. Craignant la misogynie, les rares « hardecore gameuses » n'hésiteraient pas à prendre un pseudo masculin pour s'infiltrer dans les communautés de jeux. Mais pour l'essentiel, elles sont plus détachées. « Il y a moins la notion de défouloir, elles préfèrent la souris à la manette, plus complexe à utiliser, et apprécient davantage les jeux faisant appel à la réflexion », indique Micro Application. « Les femmes refusent de s'embêter avec une phase d'apprentissage, elles veulent un retour immédiat en termes de plaisir », note Clément Apap, rédacteur en chef de gamekult.com. Avec sa manette tridimensionnelle sans fil, la console Wii de Nintendo (sortie le 8 décembre) devrait attirer les joueuses en masse. C. S.