Windows Phone: «Une alternative à iOS et Android», selon Thom Gruhler

INTERVIEW Le vice-président de Microsoft en charge du marketing de Windows Phone reconnaît que l'entreprise a du retard à combler...

Propos recueillis par Philippe Berry, à San Francisco

— 

La patron de Microsoft, Steve Ballmer, et l'actrice Jessica Alba, présentent les nouveaux smartphones sous Windows 8, le 29 octobre 2012, à San Francisco.
La patron de Microsoft, Steve Ballmer, et l'actrice Jessica Alba, présentent les nouveaux smartphones sous Windows 8, le 29 octobre 2012, à San Francisco. — R.GALBRAITH/REUTERS

Microsoft a officiellement lancé Windows Phone 8 dans le grand bain, lundi à San Francisco, avec des premiers modèles qui arrivent ce week-end en France. Mais alors que l'entreprise n'a pas dépassé les 5% des ventes en 2 ans, sa mission n'est pas simple, comme le reconnaît Thom Gruhler, VP marketing de Windows Phone.

Pourquoi Windows Phone 8 réussirait là où Windows Phone 7 a échoué?

Pour quatre raisons. D'abord la nouvelle version propose des fonctions qui se démarquent de la concurrence, avec des informations toujours à portée de doigt et un téléphone complètement personnalisé, complémentaire du reste de l'univers Windows et Xbox. Ensuite, nous avons enfin du hardware à la hauteur du software, avec des partenaires comme Nokia, HTC et Samsung qui proposent leurs meilleurs smartphones. Le soutien des boutiques sera encore stratégique. Aux Etats-Unis ou en Europe, les vendeurs proposeront un vrai choix à leurs clients. Enfin, nous allons mettre le paquet sur le marketing pour raconter l'histoire du produit. En faire une alternative personnelle à iOS et Android dans l'oeil du grand public, qui n'était pas toujours au courant de ce que nous proposions.

Toujours pas d'Instagram. Windows Phone semble être la dernière roue du carrosse pour les développeurs, ce qui rend la plateforme moins intéressante pour le grand public. Comment sortir de ce cercle vicieux?

Avec 120.000 apps (cinq fois moins qu'Android et iOS, ndr), nous rattrapons notre retard. Les ventes restent un point critique pour séduire les développeurs. Mais on voit déjà certains qui passent facilement des apps Windows à celles de Windows Phone grâce à des ponts entre les systèmes qui facilitent la création, de la tablette Surface jusqu'aux smartphones.

Pourquoi ne pas avoir de apps totalement compatibles entre les tablettes et les smartphones? Il y a beaucoup de confusion entre les différentes versions de Windows...

Chaque format a ses spécificités et il s'agit d'exploiter au mieux les plateformes. Le services dans le Cloud (Internet, ndr) permettent toutefois de synchroniser toutes ses machines.

Microsoft propose sa propre tablette avec Surface. A quand un smartphone Surface?

Nous sommes très heureux du hardware proposé par nos partenaires.

Cela ne serait-il pas pertinent pour Microsoft de construire son propre téléphone?

Nous n'avons rien à annoncer sur ce point.

Comment mesurerez-vous le succès de Windows Phone d'ici un an? Si vous avez grignoté 10% des ventes?

Notre mission est d'abord d'expliquer au grand public pourquoi Windows Phone est un formidable compagnon, comme Jessica Alba l'a fait sur scène. On propose le meilleur du business et du divertissement, l'accès à tous ses flux des réseaux sociaux ou bien juste ceux de sa famille ou de ses amis. Chacun pourra dire «C'est mon téléphone». Les ventes viendront.