Un Land Rover Defender… à l’hydrogène

Auto Le constructeur britannique va développer cette année un prototype à pile à combustible de son célèbre tout-terrain. Un projet qui aura un impact important sur le futur de la marque.

Stéphane Lémeret pour 20minutes

— 

Le Land Rover Defender va tester l'hydrogène Lancer le diaporama
Le Land Rover Defender va tester l'hydrogène — DR

Jaguar Land Rover développe un prototype de véhicule électrique à pile à combustible fonctionnant à l’hydrogène (FCEV) basé sur le nouveau Land Rover Defender, dont les tests devraient commencer cette année. Le constructeur britannique ambitionne d’atteindre zéro émission polluante d’ici 2036, et zéro émission de carbone dans toute sa chaîne d’approvisionnement, ses produits et ses opérations d’ici 2039.

Le Land Rover Defender va tester l'hydrogène
Le Land Rover Defender va tester l'hydrogène - DR

Selon Jaguar Land Rover, les véhicules à hydrogène fournissent une densité énergétique élevée et un ravitaillement rapide, ainsi qu’une perte d’autonomie limitée à basse température, ce qui en fait une technologie idéale pour les véhicules plus grands et plus longs, ou ceux utilisés dans des environnements extrêmes, tel que des tout-terrains. Depuis 2018, le nombre de véhicules à pile à combustible a presque doublé tandis, que celui des stations à hydrogène a augmenté de plus de 20 %. D'ici 2030, on estime que la mise en circulation de véhicules fonctionnant à l’hydrogène pourrait dépasser les 10 millions d’exemplaires avec 10 000 stations dans le monde.