Toumany Coulibaly au Decanation en 2012.
Toumany Coulibaly au Decanation en 2012. - RODRIGUEZ PASCAL/SIPA

Champion de France du 400 m en salle en 2015, Toumany Coulibaly a de nouveau été condamné vendredi à trois ans de prison dont vingt mois avec sursis pour des cambriolages.

Survêtement de l’équipe de France sur le dos, le sprinteur de 29 ans, qui a reconnu les faits, devra également se livrer à un travail psychologique sur lui-même.

Un « gâchis » : le mot a été employé de nombreuses fois au cours de l’audience devant le tribunal correctionnel d’Evry pour décrire la trajectoire de cet ancien espoir de l’athlétisme.

Champion de France à 27 ans, il en est désormais à sa dixième condamnation.

Les faits pour lesquels il était jugé vendredi remontaient à août 2014. En pleine nuit, à peine sorti de prison quelques semaines plus tôt, il se rend avec plusieurs complices dans un centre commercial de Vigneux-sur-Seine (Essonne). Ensemble, ils dévalisent une bijouterie, et tentent de cambrioler un magasin de téléphonie et une enseigne de bricolage.

Puis en prenant la fuite à bord d’une voiture volée, ils percutent un véhicule de police. Toumany Coulibaly parvient à semer les policiers à la course mais il sera interpellé un mois plus tard, identifié par les traces ADN qu’il a laissées sur l’airbag.

« J'ai tout perdu, je me suis détruit »

Lui qui pouvait légitimement rêver des jeux Olympiques de Rio se retrouve aujourd’hui incarcéré à Fresnes. « C’est désespérant venant d’un garçon avec autant d’atouts dans les jambes », se lamente le président. « C’est presque de l’autodestruction. »

La personnalité « énigmatique » de Toumany Coulibaly a été au centre des débats lors de l’audience. Selon la psychologue qui l’a expertisé, il « sabote ses propres performances ». En commettant ces vols à répétition, sources « d’adrénaline », il veut « tester ses limites », « se mettre en danger pour se sentir dans la maîtrise et la toute-puissance ».

« Elle a super bien analysé. C’est juste », reconnaît-il. « Aujourd’hui, j’ai tout perdu. Je me suis détruit. » Comment voit-il son avenir désormais ? « Je dois me poser les bonnes questions et demander de l’aide autour de moi. »

Toumany Coulibaly avait été condamné en mars à un an de prison ferme pour des faits similaires et sa peine avait été aménagée. Il avait été réincarcéré en novembre pour un nouveau vol.

« Il faut que vous utilisiez la détention à bon escient pour faire un travail sur vous-même. Ce n’est pas perdu, ce n’est pas gagné. Cela ne dépend que de vous », a conclu le président.

Mots-clés :