« C’est comme un couple : ensemble, 15 jours, 24h/24 dans des conditions extrêmes. Ça révèle les vraies personnalités. » Difficile de mieux présenter la Transat Jacques-Vabre, transatlantique en double dont le départ sera donné du Havre dimanche. Parmi les favoris, le tandem Jean-Pierre Dick – Yann Eliès sur St-Michel Virbac est venu dans les locaux de 20 Minutes nous parler vie à deux sur un bateau. Et ce n’est pas toujours aussi simple que l’on ne le pense.

Qui fait à manger ?

Jean-Pierre Dick : Chacun se fait sa tambouille et il y a parfois des petits moments conviviaux où l’on échange autour d’un même plat. Sur la nourriture, on a créé nos propres habitudes : moi, c’est du lyophilisé. Depuis quinze ans, j’ai tout essayé et j’ai pris ceux que j’aime le mieux. C’est pratique, tu fais juste bouillir de l’eau et tu mets dedans.

Yann Elies : Les moments qu’on partage ensemble à bord sont assez brefs, car on fonctionne en une succession de quarts et de responsabilité du navire environ toutes es deux heures. Si les conditions sont bonnes on va passer un petit peu de temps ensemble pour discuter de la stratégie autour d’un ‘apéritif’, mais un petit morceau de paté, de fromage, de charcut’… En cuisine, moi ce que j’aime bien c’est être autour de ma casserole, y jeter des ingrédients et les faire revenir, à ma sauce. On a pas besoin de grand-chose, un peu de beurre, de sel, d’huile, pour embaumer tout l’habitable d’une odeur de nourriture qui donne du courage et du plaisir.

Qui dort le plus (et en premier) ?

Y.E : Je pense que c’est moi qui arrive à m’endormir le plus vite et donc à dormir le plus. Ça fera parti de mes missions, de veiller à ce que Jean-Pierre dorme bien et assez, pour que notre couple fonctionne bien. En double, on est le miroir de l’autre et on doit tirer la sonnette d’alarme quand on voit que l’autre est fatigué.

J.P.D : C’est un équilibre. Yann s’endort plus rapidement donc on va profiter de ça pour qu’il fasse le premier quart, comme ça moi je me couche derrière un peu plus fatigué.

A partir de quel combien de temps vous allez vous détester l’un l’autre ?

J.P.D : Jamais j’espère (rires). Les marins sont des solitaires peut-être, mais notre force aussi c’est de savoir accepter l’autre, de donner de la bonne humeur. Bon c’est arrivé historiquement que l’équipier essaie de poignarder l’autre à bord, mais on va essayer de pas en arriver là (rires)…

Le bateau St Michel-Virbac
Le bateau St Michel-Virbac - Y.Zedda/StMichel-Virbac

Y.E. : On est ensemble, 15 jours, 24/24 dans des conditions extrêmes. Ça révèle les vraies personnalités. Je sais que j’ai un caractère un peu trempé que je peux être irrité ou irritable. J’essaye de faire attention à ça. Jean-Pierre, lui, il s’éparpille un peu avec la fatigue. On en a parlé pour tenter de désamorcer ça avant. Ma pire anecdote ? Une fois j’étais parti avec un équipier qui sentait fort des pieds et ça tournait à l’obsession à bord. Je voyais ses chaussettes partout, je sortais ses bottes du bateau car je ne pouvais plus y rentrer…

J.P.D : Ah c’est pour ça que l’autre jour tu m’as demandé si je sentais pas trop des pieds…

>> A lire aussi : VIDEO. Deux Américaines sauvées après avoir dérivé cinq mois dans le Pacifique sur un petit voilier

En cas de désaccord, qui a le dernier mot ?

Y.E : C’est Jean-Pierre le skipper, c’est son bateau et son projet.

J.P.D : Sur les questions de sécurité, oui c’est moi car c’est moi qui assume derrière avec mes sponsors. Mais sur les aspects sportifs, il y a une égalité qui est importante. J’écoute Yann et j’espère qu’il m’écoute aussi de telle sorte que le processus soit agréable. C’est un critère de motivation hyper important. Si c’est pour répondre aux ordres d’un grand chef ça ne m’intéresse pas.

Dernière question, mais pas la moins importante. Si vous gagnez la transat, qui fera Rose et qui fera Jack ?

Y.E : (Rires). Pour avoir gagné en double, la première envie c’est de serrer l’autre dans ses bras, de laisser retomber toute la pression de la compétition et faire place à quelque chose de plus humain. L’idée, ce n’est pas de mettre quelqu’un plus en avant que l’autre.

J.P.D : Chacun se défonce aussi pour l’autre. On va réaliser quelque chose de grand ensemble.

Encore un beau travail de notre service icono. Jean-Pierre et Yann en Rose et Jack
Encore un beau travail de notre service icono. Jean-Pierre et Yann en Rose et Jack - 20 Minutes