Jo Bonvavita est un nom qui sonne familiers aux amoureux du Sporting club de Bastia. Cet ancien joueur, devenu en quelque sorte l’homme à tout faire du Sporting, a pris sa retraite cette saison, non sans sortir un bouquin agrémenté de quelques histoires croustillantes (légendes du SCB), contées à RMC. Les deux meilleures ? L’été 2003, et Gérard Gili qui refuse la signature (pour pas cher) deux jeunes joueurs alors inconnus : Cristiano Ronaldo et Franck Ribéry. Verbatim.

« Nous sommes à Sallanches en stage d’oxygénation. Et nous effectuons une rencontre amicale contre le Sporting Portugal, organisée par le manager Ribeiro, un ami de longue date. Il me dit que le petit jeune de 16 ans a du talent et qu’il aimerait bien jouer en première division en France. Son club en veut 800000 €. J’en parle aux dirigeants et au coach, Gérard Gili. Mais on refuse l’offre. Quelques semaines plus tard, Ribeiro me rappelle et me dit : "laisse tomber Ronaldo, Sir Alex Ferguson est venu à Lisbonne, il a vu jouer le petit et il l’a ramené en Angleterre avec lui" ».

« Laurent Castro, un ancien joueur du Sporting, me téléphone pour me dire qu’il a un jeune joueur de 19 ans très bon : "viens le voir, il joue en CFA à Alès". Je vais le voir jouer à Martigues, contre le Gaz aussi, et effectivement je le trouve excellent. J’en parle à Gili, qui m’explique que nous avons assez de milieux et qu’on ne le connaît pas. Il nous aurait coûté seulement 15 000 francs, soit 2 500 € ! ». Notre avis ? D’une, on a du mal à y croire, au moins pour Ronaldo. Ce dernier était sur les tablettes de plusieurs grands clubs européens, et Manchester l’a arraché au Sporting de Lisbonne pour 15 millions d’euros, pas 800 000. De deux, un duo Ronaldo-Ribéry c’est bien beau, mais ça ne vaut pas la doublette magique Née-André.