• Pierre Laurent a critiqué Jean-Luc Mélenchon dans un discours devant plusieurs députés FI.
  • Ces élus insoumis ont réagi sur Twitter pendant son allocution.
  • Le porte-parole du PCF a nourri le clash des tweets.

Drôle de séquence ce samedi après-midi à La Courneuve (Seine-Saint-Denis), où se déroule la fête de l’Humanité. Les grandes composantes de la gauche française étaient toutes présentes, du PCF à la France insoumise, en passant par Benoît Hamon. Histoire d’offrir une image rassembleuse, plusieurs députés insoumis étaient au premier rang lors du discours de Pierre Laurent, secrétaire national du Parti communiste. Alexis Corbière, Eric Coquerel, Adrien Quatennens, Danielle Simonnet… plusieurs « têtes d’affiche » du mouvement étaient tout sourire lors de la prise de parole du représentant communiste. Il n’en manquait qu’un, Jean-Luc Mélenchon, en déplacement à La Réunion.

Pierre Laurent, qui entretient des relations glaciales avec le leader des Insoumis, n’a pas manqué l’occasion de le souligner : « Il est absent mais le peuple est présent », a-t-il lancé devant des élus FI dont les visages se sont décomposés très rapidement, à mesure que Laurent égratignait Mélenchon. Le chef du PCF a ajouté que « personne ne peut prétendre détenir la vérité à lui tout seul » et a critiqué « les sirènes dégagistes » de son homologue FI.

Elément déclencheur du surréaliste tweet-clash à venir : à 15h30, Alexis Corbière confirme sur le réseau social le sentiment d’un journaliste de Libération, il ne passe pas un bon moment en écoutant Pierre Laurent.

Quatre minutes plus tard, Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF, poste malicieusement une photo des députés FI commençant à vraiment tirer la tête, comme une confirmation du tweet du député de Seine-Saint-Denis.

« La direction du PC passe la fête de l’Huma à taper sur son candidat à la présidentielle »

Et là, festival de gazouillis indignés. Pour rappel, tous les protagonistes de cette scène se trouvaient sous le même chapiteau, écoutant ensemble Pierre Laurent s’exprimer. En l’espace de dix minutes sur Twitter, Eric Coquerel a regretté que « la direction du PC passe la fête de l’Huma à taper sur son candidat à la présidentielle », Adrien Quatennens a écrit à peu près la même chose et Alexis Corbière en a remis une couche dans un esprit similaire pour fustiger l’attitude de Pierre Laurent à l’endroit de Jean-Luc Mélenchon. Danielle Simonnet est restée plus sobre au cours de ces dix minutes de réactions insoumises en esquadrille, se contentant de retweeter d’autres Insoumis aux tweets indignés.

Comme un bon tweet-clash nécessite deux adversaires, le porte-parole communiste Olivier Dartigolles s’est chargé de répondre à chaque élu FI pas content… sur Twitter, dans la foulée également, alors même qu’il les prenait en photo quelques minutes auparavant. « Pas sérieux », « nul », « inexact », « outrancier » ont été les mots choisis par l’élu palois pour qualifier les messages en ligne de ses camarades de la France insoumise.

Le mot de la fin pour Clémentine Autain, députée FI qui avait choisi la déconnexion pendant que Pierre Laurent parlait : « Oui le discours était un peu dur mais je n’ai pas suivi les échanges sur Twitter, qu’est-ce qui s’est passé ? », a-t-elle demandé à Libération.