«Koh-Lanta»: Victime d’un lynchage sur Twitter, Clémentine assume, affronte et surmonte

TELEVISION Peu appréciée par les internautes, la candidate de Koh-Lanta doit faire face à un flot de critiques qui se déverse chaque vendredi soir sur les réseaux sociaux. Elle s’est confiée à « 20 Minutes »…

Marie de Fournas

— 

Clémentine de Koh-Lanta

Clémentine de Koh-Lanta — Capture Instagram

Depuis plusieurs semaines, chaque vendredi soir sur Twitter, le prénom « Clémentine » est en top tweet. Cette jeune fille de 25 ans est l’une des candidates de l’émission phare de TF1, Koh-Lanta. Et si son prénom est autant cité, c’est que Clémentine insupporte beaucoup d’internautes.

« J’ai très vite vu que l’image que je montrais n’allait pas être la meilleure, que j’étais énervante, reconnaît en toute sincérité la professeure de badminton. Ce que je montre, c’est la Clem qui n’a pas mangé et qui est dans la compét'. Quand je suis comme ça, je peux m’énerver ou être égoïste. » Résultat, dès les premiers épisodes, son comportement et sa tactique de jeu font l’objet de virulentes critiques. Mais depuis plusieurs vendredis, c’est son physique qui est également attaqué.

Harcèlement 

Des posts sont assassins : « Grosse p**e », « il reste de la place pour l’enfer », « pauvre c***e ». D’autres la comparant à des animaux, sont simplement méchants. Certains sont plus légers, sur le ton de l’humour et de la dérision. Pris séparément, on pourrait même se dire que ce n’est pas grand-chose et que lorsque l’on passe à la télévision, on doit s’y attendre. D’ailleurs, la production avertit les participants à ce sujet, les conseille et met un psychologue à leur disposition. Le problème, c’est qu’il ne s’agit pas de quelques tweets, mais de centaines et centaines.

>>À lire aussi: Un troll sommeille en chacun de nous

Même si Clémentine n’est (généralement) pas directement interpellée via ses comptes officiels, il s’agit dans certains cas de harcèlement. Selon la loi, « c’est la fréquence des propos et leur teneur insultante, obscène ou menaçante qui constitue le harcèlement en ligne » et « les propos en cause peuvent être des commentaires d’internautes, des vidéos, des montages d’images, des messages sur des forums ». Si le cyber-harcèlement est un délit, certains ne semblent pas vraiment le réaliser. « Toute la semaine, j’attends avec hâte le vendredi pour défouler mes frustrations du taff sur Clémentine », lance une internaute, quand une seconde écrit : « J’ouvre officiellement une nouvelle soirée consacrée à insulter Clémentine. »

« On peut me traiter de fouine, de rat ou de punaise, ça ne m’atteint pas »

« Les premiers commentaires, ça pique. Et puis j’ai compris que ça allait être comme ça jusqu’à ce que je sorte, donc je me suis blindée. Mon mental sur Koh-Lanta, c’est le même que dans la vraie vie, j’ai un cœur de pierre. On peut me traiter de fouine, de rat ou de punaise, ça ne m’atteint pas », affirme-t-elle en rigolant.

Son ton devient plus grave quand elle évoque ses proches. « Ils se sont inquiétés, ils ont eu de la peine. C’est plus leur réaction qui m’a touchée, mais je leur ai expliqué et aujourd’hui, c’est réglé, assure Clémentine. Eux me connaissent et savent que je ne mérite pas ça. Dans la vie, je suis quelqu’un de souriant et je ne passe pas mon temps à râler ! »

>>À lire aussi: VIDEO. «The Island», «Koh-Lanta»... On a testé la survie pour savoir si les candidats étaient des chochottes

« Passer au-dessus »

La candidate regrette un peu que certaines images d’elle ne soient pas montrées. « On ne voit pas le côté positif de ma personne. D’ailleurs, les autres candidats m’aiment bien, ils ne votent pas contre moi, me donnent leur vote noir… »

Malgré tout, Clémentine a décidé de prendre du recul et de passer au-dessus. « De toute façon, peu importe que je gagne ou que je dise un truc gentil, je n’ai pas de commentaire positif alors bon… Je n’ignore pas les messages, cet acharnement reste quand même difficile à vivre, mais ça me consolide. Après ça, il n’y a plus grand-chose qui pourra m’atteindre ! Et puis moi j’ai vécu la plus belle aventure de ma vie et ce ne sont pas ces "mouettes" qui vont me l’enlever ! »