Microsoft veut utiliser l’intelligence artificielle pour lutter contre les moustiques

HIGH TECH L'entreprise travaille sur des appareils capables d'identifier différentes espèces de moustiques pour repérer d'éventuelles maladies avant qu'elles ne se répandent...

M.C.

— 

Illustration de moustiques.

Illustration de moustiques. — LODI FRANCK/SIPA

Microsoft ne s’intéresse pas seulement au cannabis, mais aussi aux moustiques. L’entreprise américaine d’informatique s’est associée à une collectivité du Texas (sud des Etats-Unis) afin de tester une technologie utilisant l’intelligence artificielle pour lutter contre les insectes vecteurs de maladie.

Au cœur de cette initiative, baptisée « Project Premonition », la volonté de se servir des nouvelles technologies pour identifier la présence de moustiques porteurs du virus Zika ou de la dengue avant que les épidémies ne se propagent.

Différencier les espèces en fonction de leurs battements d’ailes

Les pièges développés par Microsoft sont capables de différencier les espèces de moustiques en fonction de leurs battements d’ailes et de faire des captures « sélectives », qui permettent aux scientifiques un gain de temps considérable pour tester différentes populations d’insectes. En utilisant le « machine learning », l’appareil peut également apprendre au fil du temps à différencier de nouvelles espèces.

La technologie sera prochainement testée au Texas, dans le comté de Harris, près de Houston, dont les autorités ont été séduites par l’idée. « Pour un scientifique, c’est comme un rêve », s’exclame Mustapha Debboun, directeur du service de contrôle des moustiques de cette collectivité grande comme la moitié de la Corse. « Dans un comté de cette taille, nous n’avons pas les ressources suffisantes pour éliminer les moustiques à l’aide d’insecticides », explique-t-il.

Dans un premier temps, dix pièges seront répartis dans le comté, capables de mesurer et transmettre les conditions climatiques de l’endroit où ils se trouvent au moment de la capture des moustiques. Microsoft espère par la suite mettre en place des drones capables de repérer les zones de concentration de moustiques et d’y transporter les pièges.