EXCLUSIF. Google crée «Mon compte» pour mieux gérer sa vie privée en ligne

HIGH-TECH La nouvelle plateforme propose de «contrôler, protéger et sécuriser» votre compte Google et de savoir de quelles données privées dispose le géant américain…

Anaëlle Grondin

— 

La plateforme «Mon Compte» mise en place par Google.

La plateforme «Mon Compte» mise en place par Google. — Capture d'écran

Google s'inspire des efforts faits par Facebook. Alors que de nombreux internautes et la Cnil s’inquiètent régulièrement de la difficulté à gérer sa vie privée sur le moteur de recherche et les autres services proposés par le géant américain, ce dernier a créé une page avec des outils permettant de vérifier et gérer la confidentialité de ses données. La plateforme, baptisée «Mon Compte», est accessible dès ce lundi 1er juin aux utilisateurs du monde entier.

En cliquant sur la partie «informations personnelles et confidentialité», vous pourrez avoir un état des lieux des informations personnelles dont Google dispose et consulter (puis effacer si vous le souhaitez) vos historiques de recherche, de localisation ou encore de commandes vocales.

Voir tous les appareils connectés à votre compte en temps réel

Une vérification rapide des paramètres de confidentialité, étape par étape, vous permet de voir et modifier la confidentialité des contenus que vous avez postés sur Google+ et partagés sur YouTube, et de choisir quelles informations Google a le droit d’enregistrer au quotidien (activité en ligne, localisation, informations provenant de votre smartphone, etc).

La plateforme permet également de vérifier vos paramètres de sécurité. Vous pouvez modifier les informations permettant de récupérer votre compte en cas de problème (numéro de téléphone de secours, e-mail de récupération de mot de passe, question secrète) et voir en temps réel quels appareils sont connectés à votre compte Google.

Google recommande de faire ces vérifications régulièrement, au moins une fois par mois. En parallèle, la société américaine a tenté de rendre plus claires ses règles de confidentialité et conditions d’utilisation. Sur une page dédiée, elle répond à des questions que l’on peut se poser comme «Quelles données Google collecte et pourquoi?» et «Que fait Google avec les données qu’il collecte?». Le tout agrémenté d’exemples concrets. 

Dans le fond, rien de nouveau. Google rappelle par exemple que «[ses] systèmes automatisés analysent vos contenus (y compris les e-mails) afin de vous proposer des fonctionnalités personnalisées sur les produits», que «les informations personnelles que vous fournissez pour l'un de [ses] services sont susceptibles d’être recoupées avec celles issues d'autres services Google» et que «vos données personnelles sont susceptibles d’être traitées sur un serveur situé hors de votre pays de résidence».

Démonstration de transparence face aux critiques

Pointé du doigt pour ses pratiques et pour s’être emparée de la vie privée de dizaines de millions de personnes dans le monde, Google a été condamné par la Cnil, en début d’année, à payer une amende de 150.000 euros. La Commission nationale de l’informatique et des libertés a estimé que les règles de confidentialité mises en œuvres par la société depuis le 1er mars 2012 n’étaient pas conformes à la loi «informatique et libertés». 

Google cherche à tout prix à montrer qu’il est transparent et qu’il ne prend pas ce sujet à la légère. La semaine dernière, l’entreprise américaine a ainsi annoncé que la prochaine mise à jour de son système d’exploitation mobile, Android M, inclurait un centre de contrôle pour les permissions données à chaque application téléchargée. Les mobinautes pourront choisir au cas par cas d’activer ou non la localisation ou encore de donner ou non l’accès à leur carnet d’adresse ou à la caméra du téléphone.