Une carte mondiale des attaques informatiques dressée par Norse Corp.
Une carte mondiale des attaques informatiques dressée par Norse Corp. - NORSE

La NSA n'a pas le monopole de l'espionnage d'Etat. Deux malwares, surnommés Babar et Evil Bunny, ont vraisemblablement été mis au point par les services de renseignement français. Après les accusations canadiennes de l'an dernier, révélées par des documents d'Edward Snowden fournis au journal Le Monde, deux équipes de chercheurs ont passé au crible ces logiciels.

Paul Rascagnères, de l'entreprise allemande Gdata, n'accuse pas directement la DGSE. Selon lui, «l'attribution de l'origine, surtout dans le cas d'un malware professionnel, est toujours difficile», et aucune nouvelle preuve n'a été découverte. En revanche, il écrit que «l'assertion canadienne sur une implication ''des services de renseignement français'' reste inchangée», notamment à cause «d'indices dans le code» du logiciel. Les géniteurs de Babar emploient notamment le terme, souvent français, «ko» pour «kilo-octet», au lieu de «kb» pour «kilobyte», en vigueur dans de nombreux pays. Ils ont également oublié des «s» à des verbes anglais conjugés à la troisième personne du singulier.

Espionner les messageries instantanées

Avec ses grandes oreilles, Babar écoutait les conversations des messageries instantanées comme Skype, Yahoo Messenger et MSN. Il pouvait à la fois surveiller le son passant par le micro et le haut-parleur de l'ordinateur mais aussi le texte tapé au clavier.

Babar aurait principalement été déployé en Iran pour espionner le programme nucléaire de Téhéran. Mais Babar était bien moins évolué que le ver Stuxnet, qui aurait été mis au point par les Etats-Unis pour endommager les centrifugeuses iraniennes. Babar faisait simplement de la surveillance «ciblée», selon Rascagnères. Des machines infectées ont par ailleurs été détectées en Algérie, en Egypte, en Espagne et au Canada, mais on ne se sait pas s'il s'agit de victimes collatérales ou de pays visés.

Le cousin EvilBunny

Babar avait un cousin maléfique surnommé EvilBunny. Selon la chercheuse de Cyphort Marion Marschalek, «les deux familles de virus sont issues des mêmes développeurs». On trouve notamment certaines erreurs d'anglais identiques dans les commentaires. Il s'agit toutefois d'une simple indication, car une mauvaise syntaxe peut facilement se falsifier.

Ces accusations contre Paris ne sont pas une surprise. Tous les pays disposent de cyber-espions, expliquait à 20 Minutes John Bumgarner, notamment passé par la CIA. Selon l'historien spécialiste de la NSA, Matthew Aid, la France est même «l'un des pionniers de la surveillance depuis la Première Guerre mondiale».

Mots-clés :