Un prototype de smart lentille de contact présenté par Google le 16 janvier.
Un prototype de smart lentille de contact présenté par Google le 16 janvier. - GOOGLE

Non, il ne s'agit pas d'une version futuriste et miniature de Google Glass. Jeudi, Google a dévoilé une «smart contact lens», une lentille équipée d'un capteur pour mesurer la concentration de glucose dans le sang en analysant la composition des larmes des patients diabétiques. Le projet est en incubation dans le labo X déjà derrière la voiture autonome et les lunettes connectées.

Aujourd'hui, mesurer sa glycémie se fait principalement en se piquant le doigt pour prélever une goutte de sang plusieurs fois par jour. Parce que c'est contraignant et désagréable, de nombreux patients ne surveillent pas leur taux assez fréquemment et courent le risque de s'évanouir ou de tomber dans le coma, selon l'entreprise.

La lentille de Google veut changer cela en mesurant la glycémie une fois par seconde. Pour l'instant, il ne s'agit que d'un prototype mais l'entreprise dit être en contact avec l'administration américaine des médicaments (FDA) pour obtenir une éventuelle certification. Google expérimente encore avec des LED de différentes couleurs pour alerter le patient.

Du courant sans fil

Ce n'est pas la première lentille intelligente. Le MIT et plusieurs hôpitaux travaillent notamment sur d'autres applications. Google a intégré les composants miniatures, non pas sur un circuit imprimé mais entre deux couches souples «biocompatibles».

Babak Parviz, qui travaillait en partenariat avec Microsoft avant de rejoindre Google, ne livre pas de détails sur l'alimentation électrique. Une de ses anciennes présentations fournit cependant la réponse: le système utilise des ondes radio à la fois pour transférer les données et créer du courant par induction via une bobine. Cela signifie que le patient devra utiliser une antenne, sans doute fixée sur le côté de sa tête, pour alimenter la lentille des 3 microwatts nécessaires.

La prochaine étape? C'est d'intégrer une source d'affichage à la lentille. La mise au point, si près de l'oeil, est un problème et les chercheurs doivent ruser avec des filtres. Pour l'instant, ils sont limités à quelques pixels et il faudra encore des années avant que Google Glass soit à ce point miniaturisé. Mais une chose est sûre, l'ère de l'humain augmenté a bel et bien commencé.

>> La présentation de Babak Parviz sur les lentilles intelligentes (2012)

Mots-clés :

  • Aucun mot-clé