Tour de France 2022: Van Aert au panache! Le maillot jaune remporte l'étape en solitaire après un énorme effort... La 4e étape à revivre en direct

CYCLISME La 4e étape longue de 175 km entre Dunkerque et Calais a mis longtemps à se décanter mais a tenu ses promesses sur la fin

Nicolas Camus
— 
Wout van Aert, maillot jaune sur le Tour de France, le 5 juillet 2022.
Wout van Aert, maillot jaune sur le Tour de France, le 5 juillet 2022. — Daniel Cole/AP/SIPA
  • Après trois jours au Danemark, le peloton du Tour de France a retrouvé ce mardi son habitat naturel, avec une étape longue de 175,5 km entre Dunkerque et Calais.
  • Cette 4e étape a offert un joli spectacle, avec six cotes répertoriées à travers les Flandres puis le Boulonnais, dont la dernière, celle du Cap-Blanc-Nez, à quelques kilomètres seulement de l’arrivée.
  • C'est dans cette ultime côte que le maillot jaune Wout van Aert a décidé de faire exploser le peloton avec une énorme accélération dès le pied. 
  • Le Belge a conservé ensuite ses 20 secondes d'avance acquises au sommet dans la redescente vers Calais, et s'est offert une jolie victoire, après trois deuxièmes places frustrantes lors des trois premières étapes. 


 

 

17h55 : Allez on va se quitter là pour aujourd'hui. Rendez-vous demain pour l'étape des pavés ! On va se régaler (enfin normalement). Merci à tous d'avoir été là, bonne fin de journée à tous.
17h49 : Anthony Perez élu combatif du jour, bien sûr. 160km en tête sur les 171 de cette étape. Belle bataille pour le coureur de Cofidis.
17h42 : Et Philipsen le pauvre il pensait vraiment avoir gagné. Sa toute première victoire sur le Tour en plus. J'imagine pas la descente quand un mec de son équipe est venu le voir pour lui dire «euh, déso».
17h39 : Il est beau, il est grand, il plane sur ce début de Tour. C'est toujours classe de voir un maillot jaune aller chercher la gagne en solitaire.

 

0km : Et Philipsen qui règle le peloton derrière et qui lève les bras comme s'il avait gagné. Ou alors il n'avait pas vu van Aert devant ? Ce serait étonnant...
0km : C'EST GAGNE POUR VAN AERT !! Septième victoire d'étape pour lui sur le Tour, au panache celle là. Après trois deuxièmes places frustrantes, il tient enfin son succès sur ce Tour.
1km : La flamme rouge pour van Aert qui y va tout droit ! Grosse démonstration du maillot jaune aujourd'hui.
3km : Allez, rideaux, personne ne reverra le Belge. Il souffre, mais il ne perdra pas 20 secondes en trois bornes. Pas lui.
6km : Le peloton se reforme peu à peu après avoir complètement explosé dans la montée. Mais van Aert continue de creuser, 26 secondes d'avance maintenant. La puissance dégagée dans la bosse, je m'en remets pas...
8km : 20 secondes d'avance pour van Aert ! Il va aller chercher la gagne ! Parce que ça se regroupe derrière, mais ça va moins vite. Il la veut sa victoire le maillot jaune, après trois deuxième place.
10km : Il ne se relève pas le maillot jaune bien sûr, il y va ! Il a écarté tous les gros sprinteurs, maintenant il faut aller au bout. Mais il reste dix bornes, ça peut être long, même pour van Aert.
10,5km : Van Aert passe en tête au sommet, Adam Yates pas loin derrière. Pogacar était pas hyper bien placé qui compte quelques secondes de retard, Roglic aussi.
11km : Benoot pied au plancher dans la montée, van Aert dans la roue, y'en a de partout derrière eux !!
11km : Benoot pied au plancher dans la montée, van Aert dans la roue, y'en a de partout derrière eux !!
11,5km : Anthony Perez se lance à fond dans la montée du Blanc-Nez mais le peloton est juste là derrière ! La Jumbo a enclenché, ça fait des dégâts !!
12km : Les coureurs déboulent dans le bled d'Escalles, qui marque le début de la dernière montée du jour ! Est-ce que ça va bouger ?
14km : Rha la petite côte non répertoriée qui fracasse les jambes juste avant le Blanc-Nez. Miam. J'ai mal pour Perez là.
16km : Et Perez qui résiste toujours ! Ecart stable à 35 secondes, alors qu'on pensait qu'il se ferait reprendre rapidement avant le Blanc-Nez. Courage Anthony.
18km : On arrive à Wissant, petite bourgade que je ne peux que vous conseiller aussi. Très jolie digue, bien connue dans la région. Tu vas là-bas en avril, c'est là où on voit les vrais, ceux qui arrivent à se baigner.
20km : Commentaire de le gabian joyeux «Seules les étapes de montagne sont intéressantes, le plat beaucoup moins.»

> Pas forcément, ça dépend de beaucoup de choses. On a vu des étapes de plat où ça n'a pas arrêté, parce que le vent invitait aux bordures, parce que des équipes ont tenté des coups de force inattendus, parce que c'était plat sur le papier mais en fait ça n'arrêtait pas de monter et de descendre... et des étapes de montagne qui s'annonçaient fabuleuses et où il a fallu attendre le dernier kilomètre du dernier col pour voir une attaque en tête. Bien sûr en général on aime mieux la montagne, mais le scénario de la course n'est jamais écrit d'avance.

 

22km : Vent dans le dos pour le moment, ça va vite, ça va très viiiiiiiiiite. Perez en train de se faire manger, il n'a plus que 35 secondes d'avance.
24km : Allez c'est parti pour Perez ! Le coureur français vient de tourner à droite, direction le Cap Gris-Nez puis le Blanc-Nez. Le vent a l'air assez fort, ça va avoir son importance dans le final.
26km : On distingue les cotes anglaises au loin, à une trentaine de km. Quand il fait beau comme ça c'est un régal. Pas sûr que les coureurs prennent le temps d'admirer le paysage en revanche.
28km : Il résiste bien quand même Perez, encore un peu plus d'une minute d'avance pour le coureur de la Cofidis alors que ça visse derrière. Il peut tenir encore un bon bout, même si le vent va lui faire mal dans quelques kilomètres.
30km : Alors là maintenant c'est tout droit vers la cote, et puis virage à droite pour suivre la magnifique route qui mène à Calais. On va en prendre plein les yeux, je vous le dis.
31km : Deux coureurs ont failli se foutre par terre là d'ailleurs en tête du peloton, après un virage un peu chaud. Quelques mots doux échangés. Jack Bauer dans le lot.
32km : Marquiiiiiiiiiiiiiiiiiise, là on peut pas être plus à la maison. Pouah les coureurs déboulent là dedans comme des avions, ça se tend !
35km : Ah, petit accrochage dans le peloton ! Pas de casse a priori, Louis Meintjes parmi ceux qui les coureurs arrêtés mais il est reparti très vite.
37km : Oh le joli vélo en calcaire dessiné au milieu des carrières de Rinxent. La spécialité du coin (le calcaire). Je suis passé mille fois à côté de ces carrières, ça a quand même une autre gueule vue d'en haut. Magnifique (en toute objectivité toujours).
39km : Je sais pas très bien où il va là Anthony Perez, et sûrement que lui non plus, mais il y va. A fond les ballons vers la cote, qui pointe le bout de son nez tout là-bas. Un peu plus d'une minute d'avance pour le Français.
41km : Allez hop, Nielsen avalé par le peloton, déjà. Il a mis le clignotant complet, à deux doigts de s'arrêter sur le bord de la route pour manger le contenu de sa musette tranquille sur une table en bois. Et connaissant les gens là-haut il pourra peut-être même se voir offrir le café à la maison.
44km : Ah, Anthony Perez qui part tout seul. Accélération du Français, et Nielsen qui n'insiste pas pour le suivre. De toute façon il ne prendra pas le point en haut de la Côte du Blanc-Nez, il aurait été repris d'ici là. C'est peut être ça qu'ils se disaient tout à l'heure.
46km : Popopo on a évité le drame là avec un spectateur qui penchait la tête au-dessus de la route pour regarder la caméra sur la moto (donc pas vers le peloton), et qui s'est relevé juuuuuste avant le passage des coureurs. Ca aurait pu faire mal.
47km : Et un 11e point dans la musette de Nielsen. Les deux coureurs qui se parlent en haut, ils doivent se dire que c'était bien et merci pour tout, on se revoit à Calais body. Parce que là, le peloton est en train de fondre sur eux.
49km : Les échappés au pied de la côte du Ventus, avant-dernière de la journée. Rien de bien méchant, 1,1km à même pas 5% de moyenne. Pile au moment où Nielsen passe la barre des 400 km échappé depuis le début du Tour. Sur 380 km, c'est pas mal.
51km : Tu nous manques déjà Julian. Et ça va pas aller en s'arrangeant avec l'étape de Longwy qui arrive jeudi. Elle était pour toi celle-là mon Julian !! Snif...

 

53km : Moins de deux minutes d'avance pour les échappés désormais. Ils savent qu'ils n'iront pas au bout de toute façon, la question qui reste c'est à combien de l'arrivée ils se feront reprendre.
56km : La Groupama en train de remonter le peloton sur la droite. ET SI ON VOYAIT TIBOPINO DANS LA COTE DU BLANC-NEZ ?? Non il faut que j'arrête tout ça n'a aucun sens.
59km : Mathieu van der Poel il passe son temps à discuter avec tout le peloton. Vrai piplette le type, on dirait un collègue que je ne citerai pas quand il fait son passage mensuel au bureau (au lieu de bosser bien sûr).
61km : J'entends dire «ah mais il fait beau dans le Nord?» MAIS OUI, il fait toujours beau dans le Nord. N'écoutez pas les rageux, et venez visiter la Cote d'Opale un de ces quatre, vous ne serez pas déçu.
64km : Oh la belle côte à 9% non répertoriée, celle là elle fait plaisir. Casse-patte à souhait.
66km : Ca roule fort chez Alpecin et la Lotto, les mains en bas du guidon. Les coéquipiers de Pogacar commencent aussi à remonter leur leader tranquillement.
68km : Nielsen et Perez viennent de passer au sommet de la côte de Harlettes. Le Danois est assuré de garder son maillot à pois jusqu'à la Planche, vendredi (où il le cédera à Thibaut Pinot).
69km : Ah, Mads Pedersen a crevé et doit faire l'effort tout seul pour rentrer à l'arrière de peloton. Pas la meilleure nouvelle pour la fin d'étape tout à l'heure.
71km : Ca continue d'accélérer ! 3'30 désormais entre les deux hommes de tête et le peloton, à ce rythme là ça peut rentrer très vite. Après, je me demande si les équipes qui roulent vont vouloir reprendre les échappés très tôt et s'exposer à de nouvelles attaques ou laisser deux minutes d'écart histoire d'être peinardes.
74 km : Même pas besoin d'accélérer en fait, Perez lui laisse bien volontiers. Nielsen aura donc (au moins) passé les neufs premiers «sommets» du Tour en tête.
75 km : On est au pied de la troisième difficulté de la journée, la côte de Nielles-lès-Bléquin. Ca va durer un petit kilomètre à plus de 7%, et puis le moustachu danois accélèrera pour prendre son point.
78 km : 78 km : Ca s'accélère mine de rien en tête de peloton. Plus que 5'30 d'avance pour Nielsen et Perez, qui ont perdu une bonne minute et demi en peu de kilomètres. Preuve qu'on commence à penser au final.
81 km : Ah oui au fait, le Tour a rendu hommage aux victimes de la fusillade qui a eu lieu à Copenhague dimanche, 48 heures après le contre-la-montre inaugural dans la capitale danoise. Au moment du départ, les dix coureurs danois en lice ont été placés en première ligne, à côté des maillots distinctifs, pour une minute d'applaudissements.

 

83 km : Alpecine et Lotto qui font le tempo en tête du peloton, alors que l'on passe tout pile les deux heures de course. Rêve pas Caleb (Ewan) elle ne sera pas pour toi cette étape (retour de karma à venir dans deux heures).
85 km : Oulala, on vient de voir la bande-annonce pour le concert de Paris du 14 juillet, présenté par Stéphane Bern. C'est toujours non pour ma part.
87 km : Ca va vous sinon ? Ca part en vacances en juillet ou en août ? Perso ce sera août, direction le sud-ouest. Mais c'est pas un concours.
89 km : Les coureurs actuellement dans les steppes audomaroises (autour de Saint-Omer). On va bientôt entrer dans le Boulonnais, et le vent devrait un peu tourner. Pas de quoi animer la course plus que ça, mais je tenais à vous le signaler.
92 km : Ce sera l'avant dernière de la journée, on y sera dans une 40aine de bornes (une bise à notre ancien chef au passage, je sais qu'il nous lit... ou pas).

 

94 km : Je ne vous ai pas dit au fait mais c'est Jakobsen qui est passé en 3e position au sprint intermédiaire, reprenant 3 points à Van Aert qui a fait 4. Au classement du maillot vert, c'est toujours le Belge en tête devant le Néerlandais, mais tout ça pourrait changer à l'arrivée à Calais.
96 km : Les mecs dans le peloton sont en train de se faire une petite sieste au calme. J'espère que c'est pour mieux faire tout sauter tout à l'heure, mais je suis moyen optimiste.
99 km : Cort Nielsen qui vient marquer le petit point à gagner au sommet de la cote de Remilly, deuxième cote de la journée. Le Danois renforce son maillot à pois petit à petit.
101 km : Je commençais à me dire que la pub durait un peu long sur France 3... En fait, on avait fait la bascule et je l'avais raté. Bien vu l'artiste. On rappelle la règle de base du Tour > on reste attentif à tout moment, et SURTOUT lors de la bascule.
104 km : Haha, ILS SONT PARTOUT. Mais ils seront surtout vendredi, pour l'arrivée à la maison à la Super Planche des Belles Filles. Thibaut va prendre 5 minutes dans la vue demain juste pour pouvoir se faire plaisir, il faudra absolument voir ça les ptits potes.

 

107 km : Allez, 7 minutes d'avance pour Cort Nielsen et Perez alors qu'on passe au niveau du sprint intermédiaire de Lumbres. Ca déroule.
109 km : J'en profite pour vous dire que les commentaires sont ouverts, comme d'habitude. On est sur le Tour, on a le temps de se poser et discuter, alors si vous avez des questions / remarques, n'hésitez. J'irai y jeter un oeil de temps en temps.
111 km : Van der Poel et Pidcock en train de discuter en queue de peloton. Voilà deux hommes qui auraient les moyens de faire quelque chose dans le final. S'ils en ont envie... Parce que Van der Poel a sûrement en tête de demain aussi. Sinon côté français on peut citer Warren Barguil, Franck Bonnamour, Benoît Cosnefroy. Peut-être verra-t-on la première étincelle bleue sur ce Tour aujourd'hui ??
113 km : L'instant géographie / biodiversité. NON MAIS REGARDEZ MOI CES FALAISES

 

115 km : On espère en tout cas que la course va se déverrouiller un peu, après des étapes danoises décevantes de ce point de vue. Le profil de l'étape permet d'espérer, mais demain c'est l'étape des pavés, qui fait peur à beaucoup de coureurs. Je ne sais pas s'ils voudront perdre du jus aujourd'hui dans des tentatives impossibles.
117 km : Presque six minutes d'avance maintenant pour les échappés. Le peloton a bien ralenti depuis quelques kilomètres et laisse filer. En attendant que tout ce petit monde mette en route.
119 km : On a encore 5 cotes de 4e catégorie pour égayer notre aprem. Dont la dernière, celle du Cap-Blanc-Nez donc (aussi appelée le cran d'Escalles), à 15 bornes de l'arrivée à Calais. Ce sera pas simple mais il y a de quoi faire pour les baroudeurs-puncheurs.
121 km : Sinon, laissez-moi vous dire, en toute objectivité bien sûr, que vous allez voir aujourd'hui les plus beaux paysages de ce Tour de France. La fin d'étape le long de la cote d'Opale, avec le passage au Blanc-Nez, miam miam (et c'est pas du tout parce qu'on va passer par la ville où j'ai habité petit).
123 km : Et à l'avant, une échappée composée de deux hommes L'infatigable Magnus Cort Nielsen, déjà échappé lors des premières étapes au Danemark. Il est accompagné cette fois du Français Anthony Perez. Ils ont une belle avance, 4'54.
125 km : Les choses sont à peu près rentrées dans l'ordre désormais. Un dernier groupe avec Pierre Rolland, Michael Storer ou Marc Hirschi a pu réintégrer le peloton, aussi parce que les Quick-Step ont coupé leur effort. Un bel avertissement pour tout le monde en tout cas.
127 km : Un petit point sur la course pour commencer. Il y a quelques kilomètres, les Quick-Step ont profité du vent pour mettre une grosse accélération en tête du peloton. Résultat, un tas de coureurs piégés à l'arrière, et certains ont eu très chaud pour rester à l'avant, dont le maillot jaune Wout van Aert himself.
14h28 : SALUT TOUT LE MONDE ! Allez, on vient d'entrer dans le Pas-de-Calais, on va partir tranquillement pour ce live.
Farvel Danmark! Après trois étapes au Danemark marquées par une foule monstre au bord des routes, le peloton du Tour de France retrouve aujourd'hui la France. La ferveur devrait également être au rendez-vous, dans cette région du Nord connue pour aimer le vélo. On espère que cette 4e étape sera plus animée, après des scénarios assez linéaires sur les plates routes danoises. Il y a en tout cas de quoi faire aujourd'hui, avec six cotes répertoriées (4e catégorie) entre les monts des Flandres et ceux du Boulonnais. «Des attaques au long cours et en nombre sont à prévoir, surtout dans le final côtier et potentiellement venté : les passages prés des caps Gris-Nez et Blanc-Nez pourraient se révéler décisifs», annonce le directeur Christian Prudhomme. Le peuple ne demande que ça, et avec des Français devant si possible.

>> Rendez-vous vers 14h30 pour suivre les premières véritables escarmouches de cette édition...