PSG: Pour dire «oui» à Paris, Andrea Berta exige d'avoir les mains libres sur la politique sportive

FOOTBALL Paris s'active en coulisse pour débaucher le directeur technique de l'Atlético Madrid...

A.L.G.

— 

Le président du PSG Nasser Al-Khelaïfi, le 11 mai 2016.
Le président du PSG Nasser Al-Khelaïfi, le 11 mai 2016. — NICOLAS TUCAT / AFP

Tic, tac, tic, tac… La saison n’est pas encore terminée, mais les supporters du PSG et leurs dirigeants ont déjà hâte de passer à autre chose après un opus version 2016-2017 frappé du sceau de la déception. Les chantiers estivaux vont être (très) nombreux du côté de la Porte d’Auteuil, mais la priorité de Nasser Al-Khelaifi à l’heure actuelle, c’est le recrutement du futur directeur sportif du club. Après avoir sondé l’ancien portista Antero Henrique, le nom qui revient avec le plus d’insistance est celui d’Andrea Berta, le directeur technique de l’Atlético Madrid.

Ça négocie sec à Doha

Selon les informations de L’Equipe, les négociations avancent bien mais on le sait, au PSG plus que nulle part ailleurs, tant que rien n’est signé, ben rien n’est signé. Avant de dévoiler officiellement la bonne nouvelle aux fans parisiens, encore faut-il trouver un arrangement qui satisfasse les deux parties. Andrea Berta, qui semble bel et bien très intéressé par le projet du Paris Saint-Germain, veut en revanche connaître quels seraient ses pouvoirs réels s’il venait à rejoindre la capitale française cet été.

La condition n°1 posée par l’Italien se situe au niveau de sa marge de manœuvre, qu’il veut grande, dans la gestion du domaine sportif. S’il sait qu’en rejoignant le PSG il aura à sa disposition un carnet de chèque bien garni, il veut surtout pouvoir choisir librement (en accord avec Unai Emery, évidemment) ses cibles. En gros, des bons joueurs ok, mais pas de simples noms ronflant servant avant tout à vendre des maillots et qui ne rentreraient pas dans le projet sportif qui sera dessiné prochainement.

>> A lire aussi : Et si le nouveau directeur sportif du PSG s'appelait Andrea Berta?

Cette exigence, tout à fait légitime, devrait théoriquement pouvoir être entendue par les dirigeants qataris. Si tout cela se confirme, la signature de Berta pourrait intervenir rapidement. Le quotidien sportif évoque un délai de trois à quatre jours. Après le sacre de Monaco mercredi soir en Ligue 1, le PSG semble ne pas vouloir traîner pour préparer la saison d’après. Ça changera des autres années…