Les avocats de Ronaldinho font appel de son maintien en détention au Paraguay

FOOTBALL L'ancien joueur brésilien a été arrêté avec son frère pour détention de faux passeports

N.C. avec AFP

— 

Ronaldinho après son arrestation pour détention de faux passeports à Asuncion, le 6 mars 2020.
Ronaldinho après son arrestation pour détention de faux passeports à Asuncion, le 6 mars 2020. — Norberto DUARTE / AFP

Les avocats de l’ex-star du foot brésilien Ronaldinho, soupçonné d’usage de faux passeport, ont fait appel de son maintien en détention préventive au Paraguay, a appris l’AFP jeudi de sources judiciaires. L’examen de l’appel aura lieu mardi lors d’une audience devant un tribunal d’Asuncion, selon ces mêmes sources.

Mardi, le juge en charge du dossier, Gustavo Amarilla, avait décidé de maintenir en détention provisoire le champion du monde 2002 soupçonné d’usage de faux passeport. Ronaldinho, 39 ans, est en détention préventive depuis six jours dans un commissariat de la capitale.

« Je reconnais que (ce cas) pourrait mériter une mesure moins contraignante (que la détention). Mais c’est ma responsabilité de ne pas perturber l’enquête du parquet. Et cela pourrait être le cas avec une fuite » éventuelle, avait déclaré le magistrat.

Ronaldinho a été arrêté le 6 mars en compagnie de son frère Roberto. Tous deux sont accusés d’être entrés au Paraguay en possession de faux passeports et ont été placés en détention provisoire. L’ancien joueur du PSG et son frère étaient arrivés deux jours auparavant à Asuncion pour faire la promotion d’un livre et participer à diverses opérations de bienfaisance.

Au Paraguay pour « une association de malfaiteurs ou du blanchiment d’argent » ?

Selon le juge Amarilla, l’enquête cherche à « connaître les véritables raisons de leur présence » au Paraguay. « Il pourrait y avoir d’autres choses, comme une association de malfaiteurs ou du blanchiment d’argent », a-t-il déclaré.

Ronaldinho avait été privé de son passeport par la justice brésilienne fin 2018, à la suite de sa condamnation à une amende de 2,5 millions de dollars pour avoir construit une jetée sans autorisation au bord d’un lac dans une aire protégée de l’Etat du Rio Grande do Sul. Il l’avait finalement récupéré en 2019 au terme d’un accord avec la justice, en contrepartie d’un versement de 6 millions de réais (1,1 million d’euros).