Coupe de France: Quatre pions, des gardiens et un scénario fou. Le Stade Rennais s’adjuge le derby breton face à Brest

FOOTBALL Les deux équipes bretonnes ont livré un match ouvert dimanche après-midi au Roazhon Park en 32e de finale...

Camille Allain

— 

Le gardien rennais Tomas Koubek a mené le clapping au Roazhon Park après la qualification du Stade Rennais face à Brest en Coupe de France.
Le gardien rennais Tomas Koubek a mené le clapping au Roazhon Park après la qualification du Stade Rennais face à Brest en Coupe de France. — J. F. Monier / AFP
  • Le Stade Rennais a battu le Stade Brestois aux tirs au but et s’est qualifié pour les 16e de finale.
  • Les Rennais ont remonté deux buts avant de trembler lors de la séance de tirs au but.
  • Parfois critiqué, Tomas Koubek a délivré les siens en stoppant deux tirs.

« Koubek, Koubek, Koubek ! ». Parfois critiqué pour ses prestations hésitantes dans les cages rennaises, le gardien tchèque a été fêté par les 12.000 spectateurs présents au Roazhon Park dimanche. Le dernier rempart breton a stoppé deux tirs au but et offert la qualification au Stade Rennais dans le derby régional face au Stade Brestois. Les Rouge et Noir sont qualifiés pour les 16e de finale de la Coupe de France. Mais que ce fut dur !

Pour entamer son début d’année ultra-chargé, le Stade Rennais se serait bien passé de jouer les prolongations dimanche pour son entrée en coupe. Mais face à l’actuel deuxième de Ligue 2, les Rouge et Noir ont connu des débuts poussifs. Menés 2-0, ils ont remonté leur handicap avant de sombrer au début de la séance de tirs au but et de refaire surface pour finalement se qualifier. « Je pense qu’on a assisté à un match spectaculaire. Enivrant même », lançait le coach Julien Stéphan après le match.

L’entraîneur rennais, toujours invaincu depuis sa prise de fonction, a loué l’attitude de ses joueurs. « L’intensité s’est ressentie du bord du terrain. Même à 0-2, je n’étais pas inquiet. Je nous voyais bien en place. On a produit du jeu, on a attaqué. Les joueurs ont gardé de la sérénité ».

« Le football réserve de belles surprises »

Sans Ben Arfa ni Grenier, laissés au repos, les Rennais ont pourtant dû batailler pour faire respecter la hiérarchie dimanche au Roazhon Park. Ils ont longtemps buté sur un excellent Donovan Léon. Habituel remplaçant, le gardien brestois a livré un match énorme dans les buts. « Donovan a fait un match à son niveau. On était dans l’obligation d’être dans le dépassement. Quand tu joues le 8e de Ligue 1, c’est normal que tu sois dans le dur », estimait Jean-Marc Furlan, le coach brestois, souriant mais « très frustré » du résultat.

Avant de tester le portier finistérien, les Rennais avaient déjà dû s’employer à remonter un handicap de deux buts concédés en première mi-temps. Grâce à son serial buteur Gaëtan Charbonnier, le deuxième de Ligue 2 jouait crânement sa chance et virait en tête à la pause. Rennes avait déjà remonté la moitié de la pente en inscrivant un but par Adrien Hunou juste avant la pause. Et égalisait logiquement en début de seconde période grâce à sa vedette Ismaïla Sarr.

Toujours engagés dans quatre tableaux

On a alors assisté à un récital du gardien brestois. Dont l’état de grâce s’est prolongé jusqu’au début de la séance de tirs au but, quand il stoppait la frappe du jeune Will-Poha et que Bourigeaud envoyait sa frappe au-dessus. « Je ne vais pas vous cacher, c’était compliqué dans l’état d’esprit. Mais le football réserve de belles surprises », estimait Adrien Hunou, premier buteur rennais de 2019. Koubek sortait alors une première parade, avant que Brest ne frappe au-dessus et relance son voisin et ennemi. Le gardien tchèque en sortait une autre et libérait tout un stade.

Au soir du 6 janvier, le Stade Rennais est toujours engagé dans les quatre compétitions. Et rejoue dès mercredi en Coupe de la Ligue face à Monaco.