Ligue des champions: Lyon jouera «probablement» à Kiev son match décisif face au Shakhtar

FOOTBALL Le match était initialement prévu à Kharkiv…

20 Minutes avec AFP

— 

OL-Shakhtar joué à huis clos, le 2 octobre 2018 à Lyon.
OL-Shakhtar joué à huis clos, le 2 octobre 2018 à Lyon. — JEFF PACHOUD / AFP

Le président de l’Olympique Lyonnais, Jean-Michel Aulas, a indiqué mardi que son équipe « jouera probablement à Kiev » le match de la 6e journée de Ligue des Champions contre le Shakhtar Donetsk, décisif pour la qualification en huitièmes de finale.

L’UEFA avait annoncé la veille la délocalisation du match, initialement prévu à Kharkiv, sur fond de tension entre l’Ukraine et la Russie.

« J’ai eu l’UEFA. Ce match se jouera probablement au stade olympique de Kiev. Nous sommes en train de nous organiser. Maintenant que nous connaissons à 99 % la destination. Nous allons prendre l’initiative d’organiser un déplacement de supporters pour donner plus de force à notre équipe », a-t-il dit en marge d’une conférence de presse destinée à présenter le Ballon d'Or de la Lyonnaise Ada Hegerberg.

Une influence sur le résultat ?

« Ce n’est pas simple car le stade olympique de Kiev devrait avoir deux matches en deux jours car le Dynamo Kiev jouera le jeudi en Ligue Europa et nous le mercredi à 21h », a ajouté M. Aulas.

Et le président de l’OL de rappeler les impératifs en matière de sécurité : « Il y a quatre ans, nous étions allés à Odessa au début de la guerre. Nous avions vu les chars devant le stade. Il y avait le couvre-feu. Ce n’était pas des mesures qui facilitaient la concentration des joueurs », a-t-il décrit.

« On se pose toujours la question de la sécurité avant même celle de la victoire finale. Je ne sais pas si le fait de jouer à Kiev, Kharkiv ou Donetsk peut avoir une influence sur le résultat. La satisfaction, si elle existe, c’est une satisfaction sur la sécurité. Si l’UEFA a pris cette décision, uniquement par le fait qu’il y a la loi martiale sur une partie du pays, c’est aussi une question de responsabilité », a-t-il conclu.