Equipe de France: De la frustration au soulagement, les Bleus nous racontent la der' d'une année 2018 magique

FOOTBALL Malgré l'élimination en Ligue des nations, l'équipe de France termine 2018 sur une note positive...

Aymeric Le Gall

— 

Les Bleus terminent 2018 sur une bonne note.
Les Bleus terminent 2018 sur une bonne note. — FRANCK FIFE / AFP
  • Au lendemain de l'élimination en Ligue des nations, l'équipe de France avait a coeur de bien terminer l'année 2018 devant son public. 
  • En s'imposant (1-0) face à l'Uruguay, les Bleus ont rempli leur contrat. 
  • Si la frustration de l'émimination était perceptible, les champions du monde avaient le sourire au moment de dire adieu à 2018. 

De notre envoyé spécial au Stade de France,

Ce n’était pas la soupe à la grimace, ce n’était pas non plus la tartiflette du smile, mais une sorte d’entre-deux sauce aigre-douce que nous ont servie les cuistots de l’équipe de France quelques minutes après la victoire en amical face à l’Uruguay au Stade de France pour la dernière sortie des Bleus en 2018.

Un succès sans fausse note pour refermer la page d’une année magique qui aura vu l’équipe de France broder une deuxième étoile sur le maillot bleu, c’est finalement tout ce qu’attendait le public frigorifié du stade de France (note pour nous-mêmes, au passage : penser à prendre un plaid la prochaine fois).

Malgré tout, les joueurs que nous avons croisés en zone mixte dans les entrailles du stade ne sautaient pas non plus au plafond, la faute à une élimination du final four de la Ligue des nations, après le but dans le temps additionnel des Pays-Bas face à l’Allemagne (2-2) lundi soir. Cette reprise de Van Dijk au bout du bout face à la Mannschaft, qui a privé les Bleus d’une petite sauterie au Portugal au mois de juin prochain, était encore présente dans les esprits. Mais pas pour très longtemps.

Les Pays-Bas à travers la gorge

« Peut-être plus que l’élimination en elle-même, c’est le scénario du match [des Pays-Bas] qui a été cruel pour nous », sourit amèrement Hugo Lloris, en claquettes-chaussettes du meilleur goût après le match. Mais bon, les Pays-Bas ont mérité leur qualification. Même si ce n’est pas une compétition majeure, on s’était fixé l’objectif de terminer premiers, malheureusement ce n’est pas le cas. C’est comme ça. » « La qualif on ne la perd pas hier soir mais vendredi, on a raté notre match, c’est comme ça », enchaîne Blaise Matuidi, sans non plus se montrer forcément abattu.

« Ça aurait été bien d’accrocher le final four mais on a fait un mauvais match à Rotterdam et on l’a payé cash. On était à table quand on a vu que l’Allemagne menait 2-0, on était tous contents, mais après, bon… C’est le foot », lâche quant à lui Griezmann, à peu près aussi affecté qu’un étudiant de psycho ayant manqué la petite fiesta du jeudi mais qui s’était mis suffisamment carpette lors de la grosse java précédente pour ne pas nourrir trop de regrets.

Pour les champions du monde, une fois la pilule de l’élimination bien calée au fond de l’estomac, le principal mardi soir était avant tout de « finir l’année sur une note positive », dixit Didier Deschamps. « C’était bien de réagir après le non-match de vendredi. Même si ça ne nous donne pas de points, c’est bien de finir sur une victoire. Et ça reste une grande année pour nous. Toutes les équipes au monde auraient aimé vivre ce qu’on a vécu cet été », a tenu à rappeler le sélectionneur des Bleus.

A l’année prochaine les champions

Dans un stade de France pas rempli mais tout de même sacrément bien garni vu le froid de canard qui s’est emparé de l’Ile-de-France mardi soir, les Bleus avaient donc simplement à cœur de se quitter en bons termes avec leur public et de laisser quelques 70.000 sourires sur les visages des supporters avant une trêve internationale de près de quatre mois (le prochain match des Bleus aura lieu en mars 2019).

« C’était bien de bien finir cette magnifique saison par une victoire devant notre public. On sait ce qu’on retiendra, même si on regarde déjà devant, on sait que cette année 2018 restera dans les mémoires », suppose (bien) Blaise Matuidi, avant de vite embrayer sur la suite du programme. On entre maintenant dans un nouveau cycle avec les qualifications pour l’Euro 2020. Il faudra être prêts pour aller au combat parce que c’est ce qui nous attend lors des matchs de qualif’. » D’ici là, prenons le temps de savourer encore un peu le festin de l’été dernier. En fines gueules, on n’est pas du genre à cracher sur du rab' de bonheur offert des cuistots doublement étoilés.