Bordeaux-Caen: Sans «grand attaquant», les Girondins sont très loin du but (0-0)

FOOTBALL Les Bordelais s’enfoncent dans le ventre mou du championnat après ce 4e match sans victoire en Ligue 1…

Clément Carpentier

— 

Lukas Lerager et Bordeaux n'y arrivent plus du tout en ce moment.
Lukas Lerager et Bordeaux n'y arrivent plus du tout en ce moment. — Nicolas Tucat / AFP
  • Les Girondins concèdent un nouveau match nul face à Caen (0-0).
  • A part Kamano, personne ne marque dans cette équipe de Bordeaux.
  • Les joueurs de Ricardo s’éloignent déjà des places européennes.

Le coup a failli être parfait. Mais, seulement, failli car François Kamano n’a pas trouvé mieux que de tirer sur le gardien normand alors que le but était grand ouvert sur la dernière action d’une bien triste rencontre. Difficile d’en vouloir à celui qui est de loin le meilleur Bordelais depuis le début de la saison (10 buts) mais au final, les Girondins concèdent un nouveau match nul à domicile face à Caen (0-0). Et surtout, cette fois-ci, le contenu n’a vraiment pas été bon.

Si ces dernières semaines beaucoup se rassuraient en voyant une équipe séduisante, avant tout en manque de réalisme, là il n’y a rien eu même si Eric Bedouet compte, lui, « huit occasions pour son équipe. » On se demande s’il a vu le même match que tout le monde et surtout entendu la grosse bronca envers ses joueurs après la rencontre. En revanche, il a bien vu qu’une nouvelle fois ses attaquants ne répondent toujours pas présents : « Il faut être plus tueur. On a les occasions mais on n’arrive pas à les mettre au fond. Il nous faut un finisseur ! » Pourtant, il ne manque pas de choix dans son effectif (Kamano, Kalu, Cornelius, Briand, De Préville ou encore Karamoh).

Kamano au milieu d’un désert

Problème, si le premier porte très souvent l’attaque girondine, c’est le désert autour de lui. Cornelius et Briand en sont à trois buts en 13 matchs de Ligue 1 cette saison. Et ça commence sérieusement à énerver Eric Bedouet : « Ce n’est pas en parlant qu’on va résoudre les problèmes. Un coup, on est trop individualiste, un autre, on ne donne pas le ballon au bon joueur. » Mais comment résoudre cette faillite ? « Mettre un joueur en plus devant ? Ça peut tout déséquilibrer et on jouerait alors avec quatre attaquants. C’est très compliqué ! » Peut-être mais les ailiers pourront déborder ou centrer autant de fois qu’ils veulent si personne n’est là pour reprendre le ballon, les filets ne risquent pas de trembler pour les Girondins.

Une chose est sûre, il va falloir vite trouver une solution car le mercato d’hiver, ce n’est que dans un mois et demi. Et surtout d’ici là, les Bordelais vont affronter Paris, Saint-Etienne ou encore l’OM. Les joueurs d’Eric Bedouet et de Ricardo voient en plus les places européennes s’éloigner avec cette série de quatre matchs sans victoire. Onzième du championnat avec 16 points au compteur, Bordeaux est déjà à sept points du cinquième et surtout seulement cinq point d’avance sur le barragiste. Eh oui, il va falloir aussi de nouveau regarder ce qu’il se passe derrière pour l’instant.