Football: Anthony Caci «porte-étendard» du centre de formation de Strasbourg désormais rénové
Football: Anthony Caci «porte-étendard» du centre de formation de Strasbourg désormais rénové — SIPA

FOOTBALL

Strasbourg: Coup de jeune sur le centre de formation du Racing, dont Anthony Caci est le «porte-étendard»

Avant le match de Strasbourg à Lille ce vendredi (20h45), focus sur le centre de formation du Racing qui a bénéficié d’un programme de travaux pour sa rénovation…

  • Le Racing « a fait énormément d’investissements » sur son centre de formation. A la veille du déplacement des Strasbourgeois à Lille pour la 13e journée de Ligue 1 (ce vendredi à 20h45), une visite de fin de travaux a été organisée.
  • Pour le centre de formation strasbourgeois, il y a eu l’agrément en 2017, et désormais de nouveaux équipements. Mais il y a aussi des exemples à suivre. Parmi eux, le « porte-étendard du centre » : le milieu défensif de 21 ans, Anthony Caci, arrivé en 2011 au club.
  • Le joueur a été titularisé huit fois cette saison en Ligue 1. « Il montre aussi à ceux qui sont partis dans d’autres villes à l’époque qu’on peut réussir dans sa région et que Strasbourg était finalement le meilleur moyen de passer », se réjouit François Keller, directeur du centre.

Développer le centre de formation aujourd’hui, c’est donner la possibilité au club de s’appuyer à l’avenir sur ses jeunes. C’est pourquoi le Racing « a fait énormément d’investissements. On est sur une dynamique positive, bénéficiant des bons résultats du groupe pro et du soutien des actionnaires à la formation », souligne François Keller, directeur du centre de formation strasbourgeois.

A la veille du déplacement des Strasbourgeois à Lille pour la 13e journée de Ligue 1 (ce vendredi à 20h45), une visite de fin de travaux a permis de revenir sur les sommes (hors taxe) investies par le RCSA : 380.000 euros pour installer et équiper une nouvelle salle de musculation, 170.000 euros pour un nouveau terrain de la halle couverte et ses pare-balles, 100.000 euros pour la rénovation du bâtiment, des chambres, des espaces communs, ou encore 15.000 euros pour la création d’un pôle médical. Visite au cours de laquelle a aussi été évoqué le projet de refaire les terrains extérieurs (taille, terrain hybride chauffé, sécurité, tribunes), qui ne sont plus aux normes, dans le but d’y accueillir tous les matchs. La ville de Strasbourg a, elle, réalisé pour quelque 150.000 euros de travaux, notamment pour la remise en état des vestiaires.

Des équipements et des modèles à suivre

Pour le centre de formation strasbourgeois,il y a eu l’agrément officiellement délivré en 2017, et désormais de nouveaux équipements. Mais il y a aussi des exemples à suivre. Ceux de jeunes talents formés à Strasbourg et qui ont réussi à se faire une place dans l’effectif professionnel du Racing. Parmi eux, le « porte-étendard du centre », dixit François Keller : le milieu défensif de 21 ans, Anthony Caci.

« C’est une histoire très belle et importante, poursuit le directeur du centre de formation. Il nous avait donné son accord pour venir avant le dépôt de bilan en 2011. Malgré cela, il est venu et n’a pas fait le choix d’aller à Metz ou Nancy qui était intéressés. Chaque année, il refusait de partir. Son père disait qu’il fallait le laisser tranquille, qu’il se plaisait à Strasbourg et que rien ne disait que quand il aurait l’âge de jouer en adulte, le Racing ne soit pas de retour au plus haut niveau ». Papa Caci a eu du flair.

« Pour un Alsacien il n’y a pas de plus bel endroit pour marquer que la Meinau »

Le joueur a été titularisé huit fois cette saison en Ligue 1. « Il montre aussi à ceux qui sont partis dans d’autres villes à l’époque qu’on peut réussir dans sa région et que Strasbourg était finalement le meilleur moyen de passer » S’il s’en réjouit, François Keller assure qu’il n’insiste pas sur ce parcours exemplaire auprès des pensionnaires actuels du centre. « Ce discours, on le tient surtout les soirs de match quand on reçoit les familles de jeunes qu’on veut faire signer. On insiste aussi sur le fait qu’on ne veut plus faire autant de quantité mais qu’on veut faire de la qualité »

On peut aussi citer les cas de Kevin Zohi (21 ans, arrivé du Real Bamako en janvier 2017), Youssouf Fofana (19 ans, arrivé de Drancy en juin 2017) ou encore Ismaël Aaneba (19 ans, arrivé de Mantes-la-Jolie en janvier 2017), tous titulaires aux côtés d’Anthony Caci contre Lille en Coupe de la Ligue il y a dix jours. Mais ce dernier doit un peu plus parler aux jeunes Alsaciens (80 % des joueurs du centre), dont les meilleurs de la génération 2004 (« sauf un parti à Metz ») ont intégré le centre de formation strasbourgeois. Et les inspirer pour réussir dans le club de leur région : « Il n’y a rien de plus valorisant. Tu es l’enfant "du terroir", dans le public il y a des gens de ta famille, tes proches. Et ça peut faire pousser des ailes aux joueurs : pour un Parisien c’est mieux de marquer au Parc des Princes qu’à Bordeaux. Eh bien pour un Alsacien il n’y a pas de plus bel endroit pour marquer que la Meinau ».