VIDEO. Salzbourg-OM: Au bout de la tension et de la prolongation, Rolando envoie l'OM en finale de Ligue Europa

FOOTBALL C'est la première fois en quatorze ans qu'un club Français est en finale de Coupe d'Europe... Un but de Rolando à la 116e minute qualifie l'OM, battu à Salzbourg (1-2, score cumulé 3-2)...

Jean Saint-Marc

— 

L'OM fête sa qualification en finale de la Ligue Europa.
L'OM fête sa qualification en finale de la Ligue Europa. — AFP
  • Au bout d'un match tendu et difficile, l'OM a arraché sa place en finale de Ligue Europa, face à Salzbourg.
  • Le scénario du match a été passionnant. 

De notre envoyé spécial à Salzbourg,

Il fallait souffrir pour qu’elle soit belle. Dans la douleur et au bout de la prolongation, l’OM arrache à Salzbourg (1-2, score cumulé 3-2) la cinquième finale européenne de son histoire. La première pour un club Français depuis 14 ans. Historique, et forcément mythique : à Lyon, chez Jean-Michel Aulas, les supporters olympiens rêvent de « tout casser. » Il faudra surtout briser le redoutable Atlético Madrid.

>> Les maladresses. L’OM connaissait la musique. Pour passer une soirée à peu près tranquille au pays de Mozart, il suffisait de marquer vite. La défense de Salzbourg n’a rien d’un mur infranchissable. Mais les Olympiens l’ont bien aidé en attendant la 116e minute pour cadrer un premier tir. Thauvin, Ocampos ou Payet ont gaspillé quelques munitions. Germain, sorti tête basse à la 84e, a longtemps ruminé sa reprise manquée, alors qu’il était seul à hauteur du point de penalty, mis sur orbite après un joli une-deux avec Payet (48e).

>> Le grand frisson. Au tour précédent, Salzbourg a balayé la Lazio Rome avec trois buts en moins de cinq minutes. L’OM a failli connaître le même destin. Les Autrichiens ont sans cesse dominé, mais c’est aux alentours de l’heure de jeu qu’ils ont mis le feu à la maison bleue et blanche. Haidara s’est promené dans la défense olympienne avant de crucifier Pelé d’un pointu (58e). Le gardien Olympien a sauvé l’OM d’un arrêt tout tremblotant sur une frappe lointaine de Ramalho (59e), et, surtout, d’une magnifique parade sur un tir de près de Hwang (71e). C’est son défenseur Sarr qui l’a trompé, à la 65e, en contrant une frappe non cadrée de Schlager. En prolongation, l’Albatros a encore été décisif (98e, tête de Caleta-Car).

>> Et la libération. Il y avait là deux équipes épuisées par des saisons marathons : c’était le 57e match de Salzbourg, le 58e de Marseille. Et un arbitrage contesté (et contestable), pour ajouter une dose de dramaturgie. Enormément sanctionnés (six cartons), les Marseillais ont beaucoup contesté les décisions de Sergei Karasev. Notamment une main jugée involontaire de Caleta-Car. Ils ont oublié, un peu vite, cette faute grossière d’Amavi en pleine surface de réparation, elle aussi non sifflée. Tout cela est de toute façon anecdotique.

Car soudain, Rolando a surgi, sur un corner de Payet. Sa reprise n’est pas belle (116e) mais sa célébration, au pied d’un parcage en feu, fut magnifique. Ou plutôt : historique.