TFC-PSG: Encore à la rue, Daniel Alves fait vraiment peur avant le choc à Madrid

FOOTBALL Le latéral droit brésilien a encore souffert samedi face au TFC. Quatre jours avant le huitième de finale aller de Ligue des Champions à Madrid face au Real, son cas pose clairement question…

Nicolas Stival

— 

Daniel Alves à son arrivée au Stadium de Toulouse, avant le match contre le TFC, le 10 février 2018.
Daniel Alves à son arrivée au Stadium de Toulouse, avant le match contre le TFC, le 10 février 2018. — R. Gabalda / AFP
  • Malmené par les attaquants toulousains, Daniel Alves a été le moins bon Parisien au Stadium.
  • Plus fiable, mais moins influent, Thomas Meunier se tient prêt à le remplacer mercredi à Bernabeu.

On s’en doutait depuis pas mal de temps, mais ce match à Toulouse l’a confirmé, malgré le succès parisien (0-1). Les débuts réussis de Daniel Alves avec le PSG appartiennent à un passé révolu. Le latéral droit de 34 ans a encore énormément souffert sur la pelouse du Stadium, samedi, surtout face à son vis-à-vis Max-Alain Gradel.

>> A lire aussi : La lumière est venue de Neymar... Revivez Toulouse-PSG en live

L’image de l’Ivoirien « grillant » le Brésilien à la course, avant son centre sur la tête de Yaya Sanogo repoussée par Alphonse Areola (14e), va rester imprimée dans la rétine des supporters parisiens, quatre jours avant le duel contre le Real Madrid et un certain Cristiano Ronaldo, en Ligue des Champions. Même Corentin Jean, pourtant bien effacé le reste du temps, s’est offert son petit débordement au détriment de l’ancien du Barça et de la Juve, qui a fini le nez dans le gazon à réclamer une faute inexistante (56e).

Alors, le couloir droit parisien avait-il été repéré comme un maillon faible par les Toulousains ? « C’est quand même Daniel Alves, ce n’est pas n’importe qui, s’offusque presque Gradel. On n’a pas ciblé de joueur plus particulièrement. » Malgré tout, l’attaquant toulousain regrettait : « on avait plus de possibilités de ce côté, et on n’a pas du tout insisté »…

Plus offensif que son collègue de gauche Yuri Berchiche, Alves n’a toutefois rien apporté de concluant dans ce domaine non plus. Mais c’est clairement en défense, son cœur de métier a priori, que l'éphémère gardien de but contre Sochaux, mardi en Coupe de France, est le plus inquiétant. Performant chaque fois qu’il joue, Thomas Meunier a regardé son concurrent direct sombrer depuis le banc de touche.

>> A lire aussi : Toulousains et amoureux du PSG? Il y aura bientôt un club de supporters pour vous

Mais le poids dans le vestiaire du grand ami de Neymar, éblouissant de facilité et encore décisif au Stadium, ainsi que son expérience des clasicos pourraient lui permettre de sauver sa place en vue du choc de mercredi. Pas sûr que ce soit une excellente nouvelle pour Paris.