France-Suède : Giroud mieux qu’un commercial, les Suédois furieux après l'arbitre…Dans les coulisses de la victoire des Bleus

FOOTBALL Parce que ce qui se passe en zone mixte ne doit pas rester en zone mixte…

Julien Laloye

— 

Olive s'est trouvé pas mal contre la Suède, comme d'habitude.
Olive s'est trouvé pas mal contre la Suède, comme d'habitude. — AFP/Franck Fife

Au Stade de France,

Les Bleus ont pris l’habitude de gagner, mais toujours pas celles de répondre à nos questions après les matchs. Enfin pas tous, et pas longtemps, si on compare à leurs collègues suédois qui ont planté la tante pour parler à leurs médias à eux. Peu importante, on a tout de même deux trois instantanés à vous raconter, dans la veine de ce qu’on avait pu vous dégoter après France-Bulgarie. Ne nous remerciez pas.

Giroud, meilleur VRP de lui-même

L’avant-centre d’Arsenal a une petite réputation dans le milieu. Celle de toujours défendre sa pomme l’air de pas y toucher, ou d’y toucher carrément quand il rappelle ses statistiques en faisant semblant de ne pas s’en souvenir (« Je reste sur 10 buts en 10 titularisations, c’est bien ça, je crois ? »). Après la Suède, un match qu’il a traversé comme une ombre (pas un ballon, pas une occasion), on a lancé Giroud avec une question très ouverte, du genre « Quel bilan tires-tu de la victoire ? ». Sa réponse

« Je n’étais pas revenu depuis la finale de l’Euro, c’est vrai que c’est un peu particulier. Après, au niveau personnel, ça fait du bien d’enchaîner deux fois 90 minutes, ça ne m’est pas arrivé beaucoup de fois depuis le début de la saison. Par rapport à ma blessure, je me sens bien, même s’il n’y avait pas grand-chose à se mettre sous la dent. Dans les matches comme celui-là, il faut savoir bosser pour l’équipe, faire des appels gratuits, des choses comme ça ».

Le gars ne te laisse pas le temps de juger sa prestation, il se met limite sa note lui-même pour maîtriser ce que vont en raconter les médias. Rien à dire, c’est du grand art.

Sidibé pensait qu’il avait fait un bon match (en fait non)

Avant Giroud, on avait eu le temps de coincer Sidibé, et on a situé tout le déficit d’expérience du Monégasque, qui, lui, n’est pas au courant qu’il faut savoir se vendre quand on veut durer en équipe de France. Le bonhomme a eu l’air de tomber de sa chaise quand on lui a suggéré que sa prestation (défensive, surtout) avait frisé la médiocrité. C’est lui qui fait faut sur le coup-franc concédé ensuite par Lloris, et il a pris de sérieux courants d’air sur côté droit.

« Je tacle, je prends le ballon, après l’arbitre il me dit c’était limité et il prend sa décision. Pas forcément. C’est difficile de jouer face à une équipe qui est bien regroupée, les espaces étaient réduits, j’ai essayé de centrer, centrer pour trouver la faille. Je ne pense pas que j’ai fait un mauvais match mais c’est l’apprentissage du haut niveau et j’espère que ça va continuer comme ça ».

Alors non, Djibril, ça ne peut pas continuer comme ça. La prochaine fois, fais comme Giroud. Mets plutôt l’accent sur ta passe (indirectement) décisive pour Payet et celle qui aurait dû l’être pour Sissoko, ça permettra de rehausser ton bilan.

Les Suédois crient au scandale

C’est marrant comme on ne voit pas le même match, parfois, selon que l’on suive l’une ou l’autre équipe. Vendredi soir, nos confrères suédois n’avaient qu’un mot à la bouche, le hors-jeu de Griezmann au départ du but Payet. Un hors-jeu minime (quelques centimètres), invisible et moins sanctionnable à nos yeux que le contact sur le gardien, du moins à vitesse réelle. Bref, vu de Stockholm, cette défaite est une profonde injustice arbitrale.

« La Suède mérite un meilleur résultat. Je suis déçu de ne pas avoir gardé l’avantage plus longtemps, a expliqué le sélectionneur en conf. On a manqué de chance. C’est dommage parce que le 2e but est hors-jeu ». Les Français ont aussi gagné du temps en fin de match et l’arbitre aurait dû les sanctionner ».

Des propos qui ont laissé Deschamps songeur. « Il y a eu des faits de jeu défavorables pour nous aussi. Avant le but suédois, il y a faute aussi sur Laurent Koscielny. Mais je comprends mon homologue suédois. Ils faisaient un match solide et auraient pu avoir un meilleur résultat. » Là-dessus, tout le monde est du même avis, confirmé par une consoeur venue du froid. La Suède a livré son meilleur match de foot depuis deux ou trois ans. On serait même tentés de dire qu’on les inspire. En 2012, déjà, la Suède avait sorti une performance remarquable contre l’équipe de France de Laurent Blanc à l’Euro. Vivement le retour.

Ca parle arbitrage dans la presse suédoise.
Ca parle arbitrage dans la presse suédoise. - Capture d'écran/Twitter