Transferts douteux: 64,6 millions d'euros auraient été détournés à l'OM, dont 27 sur l'achat de Gignac

FOOTBALL La justice estime que le transfert d'André-Pierre Gignac de Toulouse à l'OM en 2010 est à l'origine d'un préjudice de près de 27 millions d'euros, selon le Canard Enchaîné...

20 Minutes avec AFP

— 

André-Pierre Gignac lors du match Lorient-OM (1-1) le 2 décembre 2014 au Moustoir.
André-Pierre Gignac lors du match Lorient-OM (1-1) le 2 décembre 2014 au Moustoir. — DAMIEN MEYER / AFP

La justice estime que le transfert d'André-Pierre Gignac de Toulouse à l'OM en 2010, l'une des opérations intéressant les enquêteurs dans le dossier des transferts douteux, est à l'origine d'un préjudice de près de 27 millions d'euros, selon un document publié mercredi par le Canard Enchaîné.

Ce document, résultat du travail des enquêteurs selon l'hebdomadaire satirique, liste les joueurs et les opérations (transferts, prolongations de contrat) concernées, et le préjudice estimé aux dépens du club phocéen.

18 joueurs concernés

Au total, selon ce récapitulatif, près de 65 millions d'euros auraient été détournées entre 2009 et 2012 lors de ces opérations présumées frauduleuses qui concernent 18 joueurs (Gonzalez, Mbia, Diawara, Abriel, Niang, Azpilicueta Tanco, Rool, Morientes, Niang, Kaboré, Rémy, Gignac, Cheyrou, Ben Arfa, Heinze, Amalfitano, Morel, Hilton).

La justice soupçonne dans ce dossier des opérations surévaluées lors de transferts importants au bénéfice d'agents ou d'intermédiaires officieux et au préjudice de l'actionnaire du club.

Jusqu'ici, plusieurs anciens dirigeants du club marseillais ont été mis en examen dans cette affaire, après leur passage dans le bureau du magistrat instructeur, notamment l'ancien président du club Jean-Claude Dassier (2009 à 2011) et l'ancien directeur général Antoine Veyrat (2008-2011).

Également entendu par le juge d'instruction, une journée entière, en décembre, l'actuel président du club Vincent Labrune a été placé sous le statut de témoin assisté, aucune charge n'ayant été retenue contre lui.