Strasbourg: Indignation générale après une banderole anti-migrants à la Meinau

FOOTBALL Une enquête a été ouverte samedi...

N.C. avec AFP
— 
Strasbourg, le 25 septembre 2015. - Une banderole contre l'accueil de migrants a été brandie pendant le derby alsacien Racing club de Strasbourg-SR Colmar en National.
Strasbourg, le 25 septembre 2015. - Une banderole contre l'accueil de migrants a été brandie pendant le derby alsacien Racing club de Strasbourg-SR Colmar en National. — G. Varela / 20 Minutes

Une enquête a été ouverte après l'apparition d'une banderole anti-migrants dans une tribune du stade de la Meinau vendredi soir, en marge de la rencontre de football National Strasbourg-Colmar (1-0), suscitant l'indignation du club et des autorités. Le geste a été condamné par le préfet de la Région Alsace, Stéphane Fratacci, le club strasbourgeois, la municipalité et des élus.

Football: Une banderole contre les migrants brandie lors du derby alsacien

«Les auteurs qui ont commis cet acte sont activement recherchés par les services de police. Une fois les auteurs interpellés, des mesures administratives seront mises en oeuvre à leur encontre», a indiqué M. Fratacci dans un communiqué, en précisant que «la police n'a, pour le moment, procédé à aucune interpellation».

«Migrants raus»

«Une banderole anti-migrants de plusieurs mètres a été déployée durant quelques secondes, dans une tribune. Une enquête a été immédiatement ouverte. Les bandes vidéo sont actuellement en cours d'identification», a ajouté M. Fratacci.

Le dirigeant a condamné avec «la plus grande fermeté» un acte commis par «deux individus isolés, qui devront répondre de leurs actes». «Le message (que) contenait (la banderole) est à l'opposé des valeurs de tolérance, de solidarité et de générosité portées et défendues par le Club», a souligné M. Keller.

Deux hommes avaient été repérés lors de la rencontre et sortis du stade par les services de sécurité. Sur Facebook, le premier adjoint au maire de Strasbourg, le socialiste Alain Fontanel, a qualifié la banderole de «totalement inacceptable, aux relents nauséabonds». Dans un communiqué, le parti autonomiste alsacien Unser Land a condamné une «banderole raciste» aux «inscriptions haineuses et infâmes». Les Républicains du Bas-Rhin ont évoqué une «action odieuse qui dessert Strasbourg» et «l'Alsace toute entière».