Quand le football permet de lutter contre Alzheimer

ESPAGNE Une expérience menée par une université de Barcelone en collaboration avec la revue espagnole Libero…

Julien Laloye

— 

Parler football permet aux patients d'évoquer de vieux souvenirs.
Parler football permet aux patients d'évoquer de vieux souvenirs. — Libero.com

« Dans sa vie, un homme peut changer de femme, de parti politique ou de religion mais il ne peut pas changer d’équipe de football » disait le célèbre écrivain Eduardo Galeano, décédé tout récemment. Il aurait pu ajouter qu’un homme peut tout oublier, sauf les émotions liées au football. C’est, en tout cas, le sens louable d’une expérience menée en partenariat par la fondation « Santé et vieillissement » de l’Université autonome de Barcelone et la revue espagnole Libero, dénichée grâce à une traduction publiée sur le site des Cahiers du foot.

L’idée de départ est simple : il s’agit, pour des patients victimes d’Alzheimer, d’inclure dans les exercices de travail de la mémoire des émotions liées à des événements sportifs marquants. Une approche testée avec succès aux Etats-Unis, où le club de baseball des Saint-Louis Cardinals a créé une association, la Cardinals Reminiscence League, qui permet à ses supporters touchés par la maladie d’échanger autour du passé du club deux fois par mois, dans l’enceinte même de l’équipe actuelle. « On a voulu faire la même chose ici avec le football, explique Diego Barcala, le directeur de la revue Libero. L’initiative est venue des médecins, qui ont fait venir des anciens joueurs du Barça pour générer une conversation autour du foot et essayer de mobiliser des souvenirs ».


Le football contre Alzheimer par Les_Cahiers_du_Football

C’est là que Libero, une revue très centrée sur l’utilité sociale du football, intervient, en proposant gratuitement des numéros spéciaux adaptés aux époques recherchées, avec Suarez, Pelé, ou Cruyff en couverture. « Alzheimer efface la mémoire mais elle n’efface pas la passion pour le football, ni les émotions, et c’est cela que nous souhaitons récupérer par le biais de cette thérapie de la réminiscence », détaille Laura Coll, le médecin responsable du projet. Les résultats, visibles dans la vidéo ci-dessus sont assez bluffants. On y voit des malades parfaitement capables d’identifier une action précise, comme le fameux but du talon de Cruyff, et même, parfois, de se souvenir de certains noms, quand ils ont oublié celui de leur enfant.

« Les patients n’en sont pas tout au même stade, mais les médecins ont été unanimes, ajoute Diego Barcala : Les revues ont été très bénéfiques, notamment pour les familles. Elles retrouvent un sujet sur lequel échanger avec lleur père, leur mère, leur frère, un sujet qui évoque des bons souvenirs, qui plus est ». Devant le succès de la démarche (plus de 50 centres de lutte contre Alzheimer ont demandé la revue), Diego et son équipe ont fait appel aux dons pour pouvoir imprimer un maximum d’exemplaires. La prochaine étape ? Une application sur le site qui permette à tous ceux qui ont un parent touché dans leur entourage de commander une revue faite presque « sur mesure ». On attend avec impatience de connaître quelle version du récit du vrai-faux transfert d’Alfredo Di Stefano à Barcelone sera racontée aux anciens.