Eurobasket: Pau Gasol, arbitrage et Tony Parker, les raisons de la (cruelle) défaite de la France face à l’Espagne

BASKET Parce qu’il faut bien des coupables…

B.V. et J.L.

— 

Tony Parker grimace lors de la défaite de l'équipe de France face à l'Espagne en demi-finale de l'Eurobasket 2015, le 17 septembre 2015.
Tony Parker grimace lors de la défaite de l'équipe de France face à l'Espagne en demi-finale de l'Eurobasket 2015, le 17 septembre 2015. — M.SPINGLER/SIPA/AP

Voilà, la France a perdu face à l’Espagne. Encore sous le choc, sans comprendre vraiment comment ni pourquoi les Bleus ont laissé filer leurs 11 points d’avance, 20minutes tente de trouver des explications à cette défaite qui fait mal, vraiment vraiment très mal.

Parce que Pau Gasol a été énorme
Rendons à César ce qui lui appartient : si la France a perdu, c’est d’abord parce que l’Espagne a gagné. Enfin, l’Espagne… Disons plutôt Pau Gasol, qui a inscrit 40 points jeudi soir. Oui, la moitié des points de son équipe. C’est globalement colossal, surtout quand on a 35 ans. La star des Bulls est une légende de ce sport et l’a prouvé une nouvelle fois en martyrisant le secteur intérieur français. C’est bien simple, les Espagnols se sont contentés de lui donner le ballon tout le match. Et ça a payé.


 


Parce que Pau Gasol a arbitré
Disons-le tout net : si Pau Gasol s’est autant baladé face à la France, c’est aussi parce qu’on lui a tout sifflé. Dès qu’un Français s’approchait à moins de trois mètres, c’était faute sur le géant espagnol. Résultat, sur ses 40 points, 16 ont été inscrits derrière la ligne des lancers-francs. Nicolas Batum sur RMC : « On ne sera jamais respecté et ils (les Espagnols, ndlr) seront toujours les rois du monde. C’est un peu rageux ce que je dis, je sais, mais ça m’énerve. » « C’est dur de jouer quand quelqu’un peut vous toucher mais que vous ne pouvez pas le toucher » a enchaîné sur son compte Twitter Rudy Gobert, son adversaire du soir. Bon, après, on comprend que le statut de star de Pau Gasol lui permette d’avoir quelques faveurs. On s’attend juste à ce qu’en face, Tony Parker obtienne les mêmes. Ce qui ne fut pas vraiment le cas.

 


Eurobasket: Après France-Espagne, Vincent Collet furieux contre l'arbitrage


Parce qu’on a été infects aux lancer-francs
Le match aurait pu être perdu avant sans un trois points miracle de Nicolas Batum. Mais ensuite, en prolongations, c’est bien à cause de sa maladresse aux lancers que l’équipe de France s’est inclinée. Parker deux fois, Diaw une fois et Batum trois fois (de suite !) ont raté le plus facile. Ca fait beaucoup de points en route sur un mini-match de cinq minutes. Globalement, la France termine son match à 10/17 (58%) derrière cette ligne des lancers, quand l’Espagne place un joli 24/26 (oui, 26 lancers, cf le point précédent) à 92%.

Parce que Tony Parker s’est complètement planté
Jusqu’au bout, on a pensé que le meilleur joueur de l’histoire du basket français allait redevenir lui-même dans les matchs importants. Puis dans les quarts temps important. Puis sur les possessions importantes. Puis sur la balle la plus importante. Et rien ne s’est jamais produit. En difficulté depuis le début de l’Euro, le meneur français a sombré contre l’Espagne, en dehors d’un tir à trois points réussi dans la meilleure période des Bleus. Impuissant en pénétration, mangé par Rodriguez de l’autre côté du terrain, « TP » a tout raté (4/17), jusqu’aux deux derniers lancer-francs qui auraient pu remettre une première fois la France à hauteur en prolongations. A 34 ans, le quadruple champion NBA semble clairement sur le déclin. Mais on le voit mal ne pas revenir l’été prochain pour tenter de qualifier les Bleus aux JO, malgré un tournoi de qualification qu’on imagine compliqué…