Coupe du monde de rugby: «Les pays champions du monde n’ont jamais perdu en poule », rappelle Saint-André

RUGBY  Alors que la France affronte l’Irlande dimanche pour décider de son adversaires en quarts de finale…

J.L.

— 

Le XV de France après le match contre la Roumanie le 23 septembre 2015.
Le XV de France après le match contre la Roumanie le 23 septembre 2015. — Kirsty Wigglesworth/AP/SIPA

De notre envoyé spécial à Cardiff,

Evidemment, les Blacks ou l’Argentine en quarts ce n’est pas pareil, encore qu’avec les Bleus il ne faut jamais jurer de rien. Mais pour Philippe Saint-André, le chemin vers Londres et un titre éventuel passe par une victoire impérative dimanche. « Je pense que ce match sera déterminant pour la suite, explique le sélectionneur des Bleus. D’après les statistiques, tous les pays qui ont été champions du monde n’ont pas perdu de match en poule ». Pour tout dire, seule la France, en 2011, est passée à un point de casser les certitudes mathématiques, et c’est d’ailleurs le précédent auquel se raccroche l’Afrique du Sud depuis sa défaite initiale face au Japon.

>> Pour lire notre 21e Minute consacrée à la mêlée à l’occasion de la Coupe du monde de rugby, cliquez ici.

Cela dit, les Bleus, diablement optimistes pour dimanche, ne se servent pas des maths pour s’imposer une pression supplémentaire. « Aucun pays n’est jamais allé au bout après une défaite ? Vous me l’apprenez, réagit mollement Sébastien Tillous-Borde. On pense juste à battre l’Irlande, un adversaire qui ne nous réussit pas depuis quatre ans ». Yoann Maestri est un peu plus disert. « Je ne savais pas non plus, mais les statistiques sont faites pour être déjouée. En foot c’était pareil je crois avant que l’Espagne ne devienne championne du monde après avoir perdu le premier match. Contre la Suisse c’est ça ? On espère que les Boks ne vont pas le faire pour cette année. Mais pour nous, il vaut mieux que la stat ne soit pas démentie. On n’a perdu aucun match, non ? ». Pas encore, c’est vrai. La France n’en a même jamais gagné autant d’affilée depuis quatre ans. Alors on en prendrait bien un de plus.