Contrôles antidopage ratés: Tony Yoka a fait «une erreur professionnelle» mais n'a pris «aucun médicament»

BOXE A la veille de son combat, le boxeur s'est défendu...

B.V.

— 

Tony Yoka
Tony Yoka — CHRISTOPHE SAIDI/SIPA

C'est un combat un peu particulier qui attend Tony Yoka samedi soir. Face à un adversaire français, Cyril Léonet, le boxeur français sera scruté. Tout le monde attend de lui une victoire nette, mais aussi une forme de réaction à l'affaire des contrôles ratés qui lui ont valu un an de suspension avec sursis, dans l'attente d'une possible aggravation de la sanction. Dans les colonnes du Parisien, le champion olympique de Rio est revenu sur ces ratés. 

« Je ne peux m'en vouloir qu'à moi-même, explique-t-il. J'ai commis une faute professionnelle. Ma vie a changé du tout au tout après les JO et je n'ai pas tout calculé, notamment ma localisation pour ces contrôles. Je n'ai rien pris du tout, aucun médicament ! J'ai juste mal rempli mon dossier de localisation. Ça m'a touché et blessé car on m'a accablé pour rien. »

Pour rien, pas vraiment. Le boxeur n'a pas suivi les règles des contrôles antidopage qui obligent les athlètes à être localisables et testés à (presque) tous moments. Ce qui pourrait lui valoir une lourde suspension. «Les gens qui sont dopés prennent deux ans. Moi, je ne l'ai jamais été, répond-il. Je ne vais quand même pas prendre deux ans... Je préfère ne même pas y penser.»