Le multiplex de la 32ème journée de Ligue 1 à suivre en live comme-à-la-maison à partir de 16h50

B.V.

— 

Olivier Giroud, au duel avec Stéphane Mbia, le 11 avril 2012
Olivier Giroud, au duel avec Stéphane Mbia, le 11 avril 2012 — VILLALONGA KARINE/SIPA

Le programme

Dimanche 15

17 heures: Lille – Ajaccio
Lorient – Montpellier
Nancy – Bordeaux
Saint-Etienne – Brest
Sochaux – Dijon
Valenciennes – Evian

21 heures: Auxerre – PSG

Lundi 16
21 heures: Rennes – Nice

Mercredi 18

18h30: Marseille – Caen
Toulouse – Lyon

>> Le classement de la Ligue 1 est par là

Journée morcelée

La finale de la Coupe de la Ligue a donc conséquence cette saison: le première, c’est de (probablement? peut-être?) causer la perdition définitive de l’OM, à un match près de réaliser sa saison la plus ignoble depuis que le Vieux Port est vieux. La deuxième, c’est de chambouler toute la Ligue 1. D’abord, le corps de la 32e journée, habituellement jouée le samedi à 19 heures, est déplacé à dimanche 17 heures. Ensuite, trois matchs sont décalés à lundi (Rennes-Nice) et mercredi (Marseille-Caen et Toulouse-Lyon). Bref, pour suivre la Ligue 1, commencez par bien suivre votre agenda.

Montpellier sacré?

Allez, soyons fous. Imaginons une victoire (possible) de Montpellier à Lorient et une défaite (pas impossible) du PSG à Auxerre. Six points d’avance plus le goal average, plus que sept matchs à jouer… autant dire un boulevard pour les Héraultais. «Je suis compétiteur, je veux aller jusqu'au bout et pourquoi pas être champion», assurait le meneur de jeu Younès Belhanda, peut-être auteur du but de l’année face à Marseille mercredi. Et peut-être bien plus vite que prévu.

Auxerre et Sochaux déroutés?

Ca commence à sentir la friture du côté d’Auxerre et de Sochaux. Bon, c’est plutôt logique dans le club présidé par Gérard Bourgoin, le magnat du poulet, mais il n’empêche, ces deux dinosaures du football français sont en grand danger. Une défaite ce week-end, face respectivement au PSG et Dijon, condamnerait presque ces deux clubs, qui étaient il n’y a pas si longtemps en Coupe d’Europe.

Le PSG belliqueux

On entend pas beaucoup Maxwell, mais quand le latéral du PSG s’exprime, en général il n’y va pas de main morte. «Désormais, nous faisons la course derrière et c'est un sacré combat qui s'est engagé avec Montpellier. C'est la guerre! Et nous n'avons plus le droit à l'erreur.» La guerre, donc. C’est sans doute l’état d’esprit minimum qu’il faudra aux Parisiens pour s’imposer à Auxerre, bon dernier, et rêver encore un petit peu du titre de champion de France.