La transplantation du foie d'Éric Abidal en questions

Bertrand Volpilhac

— 

«Dans les prochaines semaines, Eric Abidal va devoir subir une transplantation du foie. » Laconique, le communiqué du FC Barcelone est tombé jeudi, à 13 h. Un an après avoir été opéré d'une tumeur au foie, le latéral gauche du Barça et de l'équipe de France doit donc s'en faire greffer un nouveau. Et si « Abi » peut déjà compter sur le soutien de son entourage et de ses coépuipiers du Barça, cette nouvelle opération inquiète quant à la suite de la carrière de l'ancien Lyonnais.

L'Euro en juin ? « Pas pensable »
« Trois possibilités expliquent cette nécessité de greffe, explique Dr Térèsa Antonini, hépatologue à l'hôpital Paul-Brousse en région parisienne. Soit le cancer est revenu, auquel cas on ne peut pas réopérer à plusieurs reprises et il faut donc un nouveau foie. Soit le foie qui est resté a trop souffert de l'opération et ne fonctionne pas bien. Enfin, il se peut aussi qu'il y ait eu des complications chirurgicales qui font que le foie ne peut pas être suffisamment performant pour assurer une survie. » Le FC Barcelone explique que cette intervention est « prévue depuis le début du traitement ». « Il y a une mortalité importante de 10 % après un an et il y a beaucoup plus de personnes en attente d'organes disponibles », poursuit l'hépatologue.
Si la greffe s'opère sans complication, Eric Abidal pourrait dans l'absolu poursuivre sa carrière. En revanche, pour l'Euro en juin, le délai est bien trop court. « Pour une transplantation, on préconise à un patient lambda six mois sans faire de sport, précise Dr Antonini. Déjà, il y a deux à trois semaines d'hospitalisation, et la cicatrisation interdit l'effort physique. Pour un joueur pro, c'est difficile de dire, la période de récupération peut être plus courte. Mais le voir en pleine forme en juin, ce n'est absolument pas pensable, ce serait fou. »