A l'OM, la guerre est déclarée entre Anigo et Deschamps

FOOTBALL Le directeur technique a taclé son entraîneur...

M.P.

— 

Didier Descahmps et José Anigo lors d'une conférence de presse de l'OM le 1er juillet 2009 à la Commanderie.
Didier Descahmps et José Anigo lors d'une conférence de presse de l'OM le 1er juillet 2009 à la Commanderie. — G. JULIEN / AFP

La réponse du berger à la bergère. José Anigo, le directeur sportif de l’OM a remis à sa place samedi soir Didier Deschamps, qui l’avait attaqué sans le nommer, vendredi avant le match contre Ajaccio. Lorsqu’il lui a été demandé si «tout le monde faisait corps au sein du club», l’ex-entraîneur de la Juve a répondu: «Je ne veux pas en rajouter. Il y a assez de choses compliquées. Je n'ai pas envie de rentrer dans des choses que vous savez, que je sais, que beaucoup de personnes savent. J'y reviendrai prochainement peut-être.»

S’il ne nomme pas José Anigo, l’allusion est limpide tant les relations entre les deux hommes sont exécrables depuis le début. Le directeur technique ne s’est pas privé de répondre. Virilement. «J’en ai plein les couilles, ça suffit de toujours dire c’est la faute à un tel de se prendre pour caliméro», a-t-il attaqué après la victoire  de l’OM contre Ajaccio (2-0). «Des fois, il vaut mieux tourner sa langue dans sa bouche, sept fois, plutôt que de dire de telles bêtises», a-t-il ajouté au journalistes, visiblement agacé. De telles déclarations, «c’est de l’irresponsabilité, de la connerie», insiste-t-il.

Labrune pour éteindre l'incendie?

«Quand on veut évacuer des problèmes, on les évacue peut être sur les autres», insiste encore le directeur technique, pointant qu’il n’est pas celui «qui fait la composition d’équipe».

La balle est désormais dans le camp de Vincent Labrune, le directeur du club.