Marvin Martin entre, marque et fait gagner la France contre l'Ukraine

FOOTBALL Les Bleus ont battu les Ukrainiens 4-1 grâce aux débuts fracassants du Sochalien...

A.P.

— 

Marvin Martin, le 6 juin 2011 à Donetsk.
Marvin Martin, le 6 juin 2011 à Donetsk. — F.Fife / AFP

Avec cette vaste revue d’effectif pour ce match amical contre l’Ukraine, Laurent Blanc cherchait à « réveiller certains titulaires ». Le sélectionneur des Bleus a vu ses seconds couteaux découper la défense ukrainienne en fin de match pour une inattendue victoire (1-4).

>> Ukraine – France est à revivre en live ici

Après une première mi-temps à très vite oublier, tout s’est animé. Les Ukrainiens tirent les premiers à la 53e minute par leur capitaine Anatoli Timochtchouk, dont la frappe lointaine surprend un Steve Mandanda peu inspiré. La fin de la sieste enfin proclamée, les Bleus réagissent cinq minutes plus tard. Après un une-deux involontaire avec un défenseur, Kevin Gameiro égalise d’une volée du droit parfaite à l’entrée de la surface.

Martin comme Zidane

Première occasion du match et premier but avec les Bleus pour l’attaquant lorientais, mais pas de quoi encore sauter au plafond. Les titulaires d’un soir déçoivent à l’image d’un Blaise Matuidi maladroit, d’un Yohan Cabaye discret et d’un Jérémy Ménez branché sur courant alternatif.

Mais c’était avant l’entrée de Marvin Martin. En l’espace d’un petit quart d’heure, le milieu sochalien signe un doublé pour sa première en sélection (87e et 91e). Un exploit qui rappelle les débuts d’un autre meneur de jeu: un certain Zinédine Zidane contre la République tchèque en 1994. Martin a même eu le bon goût d’offrir sur corner un but à Younès Kaboul pour sa première chez les Bleus lui aussi.

«Marvin a apporté toute la fraîcheur qu’on attendait de lui», savoure Laurent Blanc à peine surpris par les débuts fracassants du Doubiste. Quelque-chose nous dit que le sélectionneur a très envie titulariser son double buteur du soir  jeudi contre la Pologne.

Le doublé d'un Zidane avec encore des cheveux en 1994.